Accord historique entre l’Union Européenne et le Qatar

Le Qatar et l’Union Européenne viennent de conclure un accord global qui donne une liberté quasi illimitée aux transporteurs des deux entités géographiques. Avec, pour probable conséquence, une augmentation conséquente des vols entre Doha et l’UE.
Aeroport-doha
L'aéroport Hamad International de Doha pourrait voir arriver davantage de compagnies européennes grâce à l'accord conclu entre le Qatar et l'Union Européenne.

Il aura fallu huit ans pour que l’Union Européenne et l’Emirat du Qatar arrivent à conclure ce qui apparaît comme un accord historique pour le transport aérien. Historique, car qualifié de global par les négociateurs de cet accord qui permettra aux 27 membres de l’Union ainsi qu’au Qatar d’avoir un accès illimité et sans restriction à leur territoire respectif. Son entrée en vigueur est attendue d’ici la fin de l’année 2019, l’accord devant être ratifié par chaque pays membre avant de prendre effet probablement au dernier trimestre.

Comment se traduit-il pour les voyageurs ? Probablement par plus de choix à terme. L’accord élimine de fait les barrières qui, jusqu’à présent , faussaient en partie la concurrence, par exemple la restriction de travailler pour les compagnies aériennes européennes avec un agent de vente général au Qatar. L’accord garantit une concurrence loyale, le respect de l’environnement, la protection des consommateurs. Autant d’aspects sociaux et durables qui régulent de plus en plus le transport aérien. En outre, l’accord se penche également sur les questions de sécurité et de gestion de l’espace aérien.

Selon Akbar al-Baker, PDG de Qatar Airways, “l’accord offrira aux compagnies aériennes d’Europe et du Qatar une plate-forme commune leur permettant de mieux se comprendre et de créer de nouvelles opportunités de collaboration et de coopération. Le principe de concurrence loyale est à notre sens très simple : accès équitable aux marchés, concurrence pour des parts de marché basées sur les produits et services, sur ce que le client souhaite et est prêt à acheter.

Le Qatar et l’Union Européenne sont déjà intimement liés. La compagnie Qatar Airways dessert 33 aéroports de l’Union Européenne – 26 si le Royaume-Uni sortait de l’Union –, Malte devenant la prochaine destination européenne du transporteur qatari. A l’inverse, seul le transporteur British Airways dessert Doha.

D’autre part, Qatar Airways est également présente dans le capital du transporteur européen Air Italy, basé à Milan Malpensa, et détient près de 21% des parts de IAG, maison mère de British Airways, Iberia, Vueling et Aer Lingus. Côté relations industrielles avec l’Union Européenne, Qatar Airways est l’un des clients les plus importants d’Airbus.

L’accord devrait avoir une conséquence positive pour les aéroports européens. De nombreuses destinations secondaires devraient à l’avenir être reliées au Qatar. En France, l’espoir revient pour des aéroports comme Bâle/Mulhouse, Marseille ou Toulouse qui, depuis des années, se battent pour obtenir un vol vers le Golfe. De la même manière, Lyon serait ravi de bénéficier d’un second vol quotidien vers le Golfe et, en conséquence, l’Asie en correspondance.

Alexandre de Juniac, directeur général et directeur général de l’IATA, a déclaré: “Le ciel ouvert entre deux régions produisent souvent plus de trafic. Ce n’est certainement pas une mauvaise nouvelle pour l’industrie. Pour les Qataris, les possibilités d’aller en Europe seront multipliées, que ce soit par la compagnie nationale Qatar Airways ou par les compagnies européennes, qui ont désormais le droit d’atterrir ouvertement au Qatar. Vous aurez plus de choix et de possibilités d’aller en Europe. Cela signifie plus de concurrence et donc plus de liberté pour les passagers et des tarifs généralement plus bas”. Son discours aurait peut être été moins favorable à un tel accord à l’époque où il se trouvait à la tête d’Air France