Le trafic aérien français boosté par les aéroports en régions

Avec 172,5 millions de passagers, le trafic aérien français a connu une excellente année 2018 grâce à des résultats records dans les aéroports de régions. L'international et le low-cost ont contribué à ces belles performances.

Lyon
Avec plus de 11 millions de voyageurs, l'aéroport de Lyon a bouclé une année record, à l'image des aéroports français en région (© Eric Soudan/Aéroports de Lyon)

Un record historique pour les aéroports français. Voilà ce que constate la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC), qui rend compte d’un niveau inédit de passagers : 172,5 millions de voyageurs, soit une croissance de 5,2% en 2018 – et même plus de  5,3% si l’on ne tient compte que des aéroports de métropole. Beaucoup d’aéroports de région ont franchi des caps « historiques ». Pour la première fois, Lyon a ainsi dépassé le cap des 11 millions de passagers, Bâle/Mulhouse celui des huit millions, Nantes celui des six millions et enfin Lille qui dépasse les deux millions de passagers.

De manière générale, le trafic international continue de progresser plus vite que le trafic domestique, en hausse de 3,4% soit 33,3 millions de passagers, la concurrence de la LGV sur Bordeaux continuant de déprimer le trafic sur un axe Paris-grand Sud-Ouest. L’international est lui en hausse de 5,7% avec les plus forts taux de progression de trafic sur les Amériques (+9% pour les Etats-Unis, + 11% pour le Canada et 12,4% pour le Brésil). L’Asie Pacifique affiche une belle hausse de 6,6% dont 4,8% pour la Chine.

L’Ouest et l’Est en forte hausse

A la lecture des données publiées par la DGAC, on constate également que les plus fortes croissances ont été enregistrées dans le grand Ouest et le grand Est de l’Hexagone. Rennes a connu l’une des plus fortes croissances du pays, avec un trafic passagers en hausse de 18,3% soit 0,86 million de passagers. L’ouverture d’une ligne easyJet sur Lyon a été particulièrement bénéfique à la plate-forme qui verra l’ajout d’une cinquième fréquence hebdomadaire sur Lyon ce printemps ainsi que le lancement d’une ligne sur Nice. Avec également une croissance à deux chiffres (+13%), Nantes a poursuivi l’an passé sa remarquable croissance atteignant plus de 6,2 millions de passagers. L’année 2019 s’annonce d’ailleurs excellente puisqu’easyJet – encore – y ouvrira une base ce printemps et prévoit le lancement de près d’une dizaine de lignes, notamment vers Bilbao, Copenhague et Rome. Ryanair ne sera pas en reste avec de nouvelles lignes sur Bordeaux, Malte et Naples.

Autre aéroport en pleine croissance, Bordeaux continue de battre de nouveaux records. La plate-forme flirte désormais avec les sept millions de passagers grâce à une croissance de 9,4%. Bordeaux devrait renouveler cet exploit en 2019 avec notamment le lancement de nouvelles lignes sur Montréal avec Air Canada, Helsinki avec Finnair ou encore Porto avec Easyjet.

Toulouse a connu l’an dernier une croissance en légère décélération. L’aéroport est cependant le cinquième plus important aéroport français avec 9,6 millions de passagers, soit une progression de 3,9%. Le détail des chiffres révèle une évolution majeure : pour la première fois dans l’histoire de l’aéroport, le trafic international (+7,1 %) est majoritaire sur la plate-forme.

A l’Est du territoire, la progression est là aussi soutenue. A Strasbourg, l’aéroport a enregistré une croissance de 7,4% pour atteindre les 1,3 million de passagers. La plate-forme alsacienne verra cette année l’inauguration de vols par Twin Jet vers Lille (le 26 février) et vers Milan Malpensa (le 4 avril). Bâle-Mulhouse signe un nouveau record en dépassant pour la première fois les huit millions de passagers (8,6 millions), une hausse de 8,7% par rapport à 2017. Le cap des neuf millions devrait être atteint en 2019 ce qui va forcer l’aéroport à repenser l’aménagement de son aérogare avant une expansion qui devrait intervenir à l’horizon 2022. Parmi les nouveautés figure le lancement d’une ligne régulière de TAP Portugal vers Lisbonne.

Nice se tasse, Lyon accélère

Si Nice confirme de son côté sa position de troisième aéroport de France derrière Paris-Roissy et Orly avec 13,85 millions de passagers, l’écart se resserre cependant avec Lyon. Le trafic passagers à Nice n’a cru que de 4,1% l’an dernier, alors que Lyon, avec ses 11,04 millions de passagers, a connu une embellie de 7,4%. Lyon sera relié cet été pour la première fois à Beyrouth avec Transavia. Toujours au Sud, le trafic a progressé de 4,8% à Marseille, avec 9,4 millions de passagers tandis que Montpellier a connu une très légère croissance de 1,7% avec 1,88 million de passagers. Marseille devrait voir sa croissance accélérer avec l’annonce de la réouverture par Ryanair d’une base avec deux appareils stationnés dans la cité phocéenne.

Enfin, les aéroports parisiens ont dépassé les 100 millions de passagers l’an dernier, accueillant très exactement 105,3 millions de voyageurs. Ce qui représente une croissance inférieure à la moyenne des aéroports français : 3,8%. Roissy CDG, hub de la compagnie Air France-KLM a connu une croissance plus soutenue qu’à Orly avec une hausse de son trafic de 4%, équivalent à 72,2 millions de passagers. Orly de son côté a accueilli 33,1 millions de passagers, en hausse de 3,1% par rapport à 2017. Si l’on ajoute les 3,8 millions de passagers de Beauvais, le grand Paris aura vu le passage de 108 millions de passagers soit 62,6% du trafic aérien de toute la France. La domination de Paris reste donc absolue