Air New Zealand lâche son unique ligne européenne

Le transporteur national Air New Zealand jette l'éponge face à une compétition de plus en plus intense sur l’axe Nouvelle-Zélande-Europe. La compagnie fermera ainsi sa ligne Londres-Auckland en octobre 2020.

Air New Zealand
Air New Zealand va cesser de relier Londres à Auckland l'an prochain

Voilà 37 ans que la compagnie Air New Zealand dessert Londres par vol direct depuis Auckland, la compagnie étant la seule à proposer une telle ligne au départ d’Europe. Lancée en Boeing 747-400 le 25 août 1982, la ligne reliait à l’époque Auckland à Londres-Gatwick via Papeete et Los Angeles. Air New Zealand a transféré en 1994 sa liaison à Londres-Heathrow et entre 2006 et 2013, Air New Zealand a également exploité la ligne via Hong Kong. Actuellement, le vol est effectué quotidiennement en Boeing 777-300ER. L’unique ligne Europe-Nouvelle Zélande sera donc arrêtée avec l’entrée en vigueur de l’horaire d’hiver IATA en octobre 2020 dans le cadre d’un remaniement des services long-courriers internationaux de la compagnie néo-zélandaise. Une décision difficile pour le transporteur car Londres-Auckland était un vrai symbole de présence sur le continent européen de la compagnie.

Air New Zealand justifie cette décision par une « dynamique de marché » défavorable qui affecte la performance économique de la ligne depuis plusieurs années, une situation exacerbée par la concurrence frontale des compagnies du Golfe. « Moins de 7% de tous les voyageurs aériens entre Auckland et Londres ont choisi de passer par Los Angeles l’année dernière« , constatait Jeff McDowall, directeur général par intérim du transporteur. « Air New Zealand est plus compétitive lorsqu’elle exploite des vols directs à destination et en provenance de notre base d’Auckland. Cette fermeture nous placera dans la meilleure position possible pour répondre à la demande croissante en Asie-Pacifique. Les lignes sur l’Atlantique Nord sont parmi les plus disputées au monde et Air New Zealand n’a ni les avantages opérationnels, ni la puissance des compagnies aériennes nord-américaines et européennes auxquelles nous nous confrontons« . Sur le seul tronçon Londres-Los Angeles, Air New Zealand est en concurrence directe avec American Airlines, British Airways, United et Virgin Atlantic, ainsi qu’avec Norwegian au départ de Londres-Gatwick.

La conséquence est évidente. Selon les données de Sabre Market Intelligence, la part de marché d’Air New Zealand en passagers directs sur Auckland-Londres atteignait en 2018 le chiffre de 13,6% – soit effectivement 7% sur un trajet simple, ce qui correspond à 34 462 passagers aller et retour. Ce chiffre est ainsi légèrement inférieur à celui de la compagnie aérienne Emirates, qui représente 14,7 % du marché d’Auckland – Londres. Emirates dessert chaque jour Auckland – Dubaï par Airbus A380, auquel il faut ajouter un vol Auckland – Denpasar – Dubaï en Boeing 777-300ER, avec correspondance vers Londres. Les données de Sabre montrent également que seulement 7 % environ des passagers d’Air New Zealand entre Auckland – Los Angeles – Londres voyagent en classe affaires. Un chiffre à comparer à celui d’Emirates, dont le pourcentage de voyageurs en classe affaires atteint les 12 %. S’ajoute encore à cette compétition la liaison Auckland-Londres avec escale à Doha de Qatar Airways.

En arrêtant cette ligne, le transporteur va donc réaliser d’importantes économies en fermant son escale d’Heathrow et en revendant ces créneaux horaires, une denrée rare sur cet aéroport londonien. Le transporteur va troquer sa ligne vers Londres pour un vol sans escale sur Auckland-New York. Le lancement est prévu en octobre 2020 avec un Boeing 787-9 qui reliera les deux villes trois fois par semaine offrant une capacité de 275 sièges. L’appareil aura une configuration particulière, favorisant le trafic premium avec plus de sièges Economy Premium et Affaires.

La compagnie a sélectionné l’aéroport de Newark, hub de son partenaire Star Alliance, United Airlines, d’où seront assurées des correspondances non seulement vers Londres mais aussi vers les autres lignes exploitées par United vers l’Europe-y compris Paris. Par rapport à un vol actuel via Los Angeles, la ligne Europe-Auckland via New York permettra même de gagner de deux à trois heures…