AirPlus aux rendez-vous de la croissance et de l’innovation

AirPlus, le spécialiste allemand des solutions de paiement, présente des résultats en hausse pour l'année 2015. Sa stratégie passe par plusieurs axes : le développement à l'international, l'intégration des frais ancillaires dans les outils de reporting, et la croissance de sa carte virtuelle. En attendant le paiement digital.

© shutterstock-MaximP
AirPlus agagné 3 300 clients dans le monde en 2015, dont 220 en France

Malgré un marché assez concurrentiel, AirPlus a réalisé une bonne année 2015. Le spécialiste allemand des solutions de paiement enregistre en effet une croissance du volume de transactions de 9% dans le monde comme en France – le deuxième marché d’AirPlus après l’Allemagne – , pour un chiffre d’affaires de 329 millions d’euros en 2015, contre 320 en 2014. “Notre stratégie d’expansion globale est payante”, estime Patrick Diemer, directeur général. AirPlus a ainsi gagné 3 300 clients dans le monde en 2015, dont 220 en France. AirPlus s’est ainsi implanté dans plusieurs pays émergents – la Croatie notamment, ou encore le Guatemala, le Salvador et le Costa Rica en Amérique Latine – , certes moins exposés que la Chine sur la scène économique, mais où leurs clients grands comptes disposent de filiales et pourront ainsi profiter de ces solutions corporate.

En parallèle, après d’autres pays européens, dont, bien sûr, l’Allemagne et la France, AirPlus a lancé sa carte virtuelle AIDA en Autriche et en Australie. Cette carte, adossée au compte logé de l’entreprise et bénéficiant de l’acceptation mondiale du réseau Mastercard, devrait également être bientôt disponible aux États-Unis et à Hong Kong. L’Asie-Pacifique est d’ailleurs un continent clé pour la stratégie d’expansion d’AirPlus. En plus de la Chine et de l’Australie, la société allemande prévoit ainsi de s’implanter sur de nouveaux marchés comme le Japon et l’Inde. En ce qui concerne son développement à l’international, AirPlus a également ouvert sa carte corporate à trois marchés d’Europe de l’Est, la Pologne, la Hongrie et la République Tchèque.

Parmi les innovations proposées par le spécialiste allemand des solutions de paiement, l’outil d’analyse AirPlus Information Manager intègre depuis août 2015 le reporting des frais additionnels, aussi appelés frais ancillaires selon le jargon professionnel. “Les compagnies aériennes ont modifié leurs stratégies tarifaires et proposent de plus en plus des services « à la carte« , tels les bagages supplémentaires ou l’accès aux lounges”, souligne Patrick Diemer. Avec cette intégration, AirPlus anticipe ainsi la mise en place de la norme NDC (New Distribution Capabilities), promue par l’Association internationale du transport aérien (IATA) et qui devrait faciliter la mise en vente de ces services additionnels.

À travers cette évolution de l’outil de reporting, AirPlus a également pour volonté de donner à ses clients des moyens pratiques pour régler ces frais à l’avance, via leur compte logé, mais aussi de leur offrir la possibilité d’analyser ces transactions. Ce qui renforce d’autant leur pouvoir de négociation auprès des fournisseurs aériens. Dans ce cadre, les frais additionnels les plus couramment recensés sont les frais de modification et d’annulation de billet (83%), suivi par la réservation de sièges upgrade (10%) et les bagages (4%).
Alors que le paiement digital devrait devenir un sujet d’actualité dans les années à venir, AirPlus s’intéresse également aux nouveaux moyens de paiement mobile. Des projets pilotes sont ainsi conduits sur le paiement digital des restaurants et des parkings dans les aéroports.