Alila conjugue business et resort

A côté de ses établissements établis dans des lieux paradisiaques, Alila développe aussi des resorts urbains à vocation business au cœur des métropoles asiatiques.

Alila-Bangsar-chambre
Chambre de l'Alila Bangsar Kuala Lumpur.

Avec ses beaux resorts établis au milieu d’une plantation de thé en Chine, au sein d’un fort en Inde, au sommet des montagnes d’Oman, au bord des plages luxuriantes des Maldives ou de Bali et plus récemment au bord du Pacifique, à Big Sur en Californie, Alila s’est fait le spécialiste de lieux intimistes et empreints de culture locale. Destinés à une clientèle loisirs haut de gamme, ces établissements se prêtent aussi aux réunions d’affaires. Ou plutôt faudrait-il dire aux “creative meetings”, puisque les hôtels n’ont pas de salles dédiées à proprement parler, ces séminaires créatifs pouvant se tenir dans une villa, dans un jardin, dans une cuisine ou même dans un bateau selon la typologie de l’établissement.

Cette philosophie commence à se décliner au sein des grandes métropoles d’Asie. En mai dernier, Alila s’est implanté à Kuala Lumpur avec un “resort business” coiffant une tour d’une quarantaine d’étages en plein centre-ville. Zen et chaleureux, l’Alila Bangsar propose 143 chambres et de nombreux lieux de restauration et de détente, en plus de salles de réunions. En juillet, la chaîne d’origine indonésienne ajoutera un autre établissement urbain à Jakarta, le deuxième dans la capitale indonésienne. Au cœur du quartier financier, l’Alila SCBD dispose de 227 chambres et suites en plus de restaurants supervisés par le chef Jean-Georges Vongerichten et par le groupe Hakkasan. Si un autre hôtel urbain est attendu prochainement à Ho Chi Minh Ville, Alila n’en oublie pas sa vocation originelle, préparant, d’ici la fin de l’année, l’inauguration de deux éco-resorts au Sri Lanka et sur une île privée au Cambodge.