L’Allemagne baisse le prix du ferroviaire sur les grandes lignes

La réduction de la TVA en Allemagne se traduit par une baisse de 10% sur les grandes lignes de la Deutsche Bahn. Mais ce n’est pas la seule bonne nouvelle dévoilée par l’entreprise ferroviaire allemande.

Dresde
La gare centrale de Dresde, en Allemagne

C’est une bonne nouvelle pour tous les voyageurs des grandes lignes ferroviaires en Allemagne. Au 1er janvier, une TVA à taux réduit est entrée en vigueur. La loi avait été adoptée par le parlement allemand en septembre dernier, les députés du Bundestag décidant de baisser la TVA de 19% à 7%. La Deutsche Bahn a donc suivi en faisant baisser ses tarifs sur les grandes lignes de 10% en moyenne. Le prix d’appel d’un trajet en ICE baisse de 19,90 euros à 17,90 euros. Avec un abonnement « Bahncard », ce prix descend même à 13,40 euros. Il s’agit du prix d’appel le plus bas depuis 1994, année de la réforme ferroviaire Outre-Rhin.

Du coup, la Deutsche Bahn prévoit une augmentation annuelle de cinq millions de passagers grâce à cette réduction de la TVA. Selon le PDG de l’entreprise, Richard Lutz, « les tarifs plus attractifs vont déclencher une augmentation de la demande, d’autant que la Deutsche Bahn a décidé de renoncer également à toute augmentation de prix en 2020 ».

L’entreprise ferroviaire a donc décidé de commander davantage de trains pour faire face à la demande. Dès la fin de l’année 2022, 30 trains supplémentaires seront mis en service sur les lignes à grande vitesse allemandes et, à une vitesse de 300 km/h sur les liaisons majeures, ils amélioreront considérablement le service aux voyageurs, avec l’objectif de doubler le nombre de voyageurs sur les lignes longue distance à 260 millions par an. Les 30 convois supplémentaires généreront 13 000 places supplémentaires par jour pour les voyageurs sur une flotte d’environ 380 trains ICE – soit 100 de plus qu’aujourd’hui avec les commandes déjà en cours.

La Deutsche Bahn va commander des trains supplémentaires pour répondre à la hausse de la demande

Pour le nouvel horaire de 2020, la compagnie allemande continue de renforcer son offre, notamment sur les grandes lignes, proposant des trains à un intervalle d’une heure ou de deux heures sur des lignes comme Hambourg-Düsseldorf-Cologne, BerlinFrancfort, Berlin-Munich ou Rostock-Berlin-Dresde. A l’international, la compagnie renforce son offre entre l’Allemagne et la Suisse avec de nouveaux trains ICE – soit une hausse de la capacité en sièges de 20% ainsi qu’entre l’Allemagne, la République Tchèque et l’Autriche avec la création à partir de mai d’une ligne Berlin-Dresde-Prague-Vienne-Graz. Enfin, de nouveaux trains vont réduire le temps de parcours entre Berlin et Varsovie de 30 minutes à partir de la saison été. Les deux capitales ne seront alors plus qu’à 5h10 l’une de l’autre…

Seule mauvaise nouvelle : les tarifs sur les trains régionaux et les trains de banlieue ont augmenté au premier janvier, une hausse qui concerne aussi les transports urbains. Il en coûte en moyenne de 1,3% et 3,3% supplémentaires. A Hambourg et dans la grande région de Francfort, la hausse est respectivement de 1,3% et 1,5% mais elle atteint 3,3% à Berlin. En revanche, le prix moyen des transports publics a baissé de 7% à Munich, en raison d’une réforme de la tarification.