Organiser les déplacements, optimiser les dépenses

Anne-Laure Gogeon, expert en gestion des achats hors production chez Epsa, à Paris

Quel est l’intérêt de mettre en place une politique de voyages au sein d’une entreprise ?

Anne-Laure Gogeon : À mon avis, l’intérêt est double. D’une part, cette démarche constitue un moyen efficace de réaliser des économies en voyageant avec le tarif le plus juste. Même s’il n’est pas le moins cher, ce meilleur rapport qualité-prix permet de conjuguer confort et sécurité, un critère de plus en plus souvent pris en compte par les décideurs et les voyageurs. D’autre part, en assurant une certaine équité entre les différents voyageurs au sein d’une même entreprise. Actuellement, les comités de direction ont tendance à montrer l’exemple au personnel. Résultat : lorsque cette politique est optimisée, l’entreprise peut enregistrer des économies de 8 % à 12 % sur son budget voyages.

Qu’est-ce qui fait le succès d’une bonne politique de voyages ?

A.-L. G : Mettre en place une politique de voyages sans la faire respecter ne présente guère d’intérêt. Pour la faire accepter, mieux vaut expliquer aux collaborateurs qu’elle n’est pas établie à leur détriment. C’est une manière de leur faire prendre conscience de l’importance de réaliser des économies. Avec l’instauration d’un flux de validation et l’étude des comptes rendus ou reporting, le sens civique des voyageurs a toutes les chances de suivre.

Une politique de voyages a-t-elle vocation à être fixée dans le temps ?

A.-L. G : Absolument pas. Cette politique évolue au fil du temps car les destinations fréquentées par les voyageurs d’une entreprise peuvent changer. De même, de nouveaux prestataires peuvent entrer sur le marché. Nombre de groupes ont actualisé leur politique de voyages en prenant en compte le phénomène low cost. Du reste, une actualisation tous les deux ou trois ans est une très sage mesure.

Organiser les déplacements, optimiser les dépenses