L’année du design enfin lancée : rencontre avec Denis Tersen

Denis Tersen, directeur général du comité Lille Métropole 2020 Capitale mondiale du design, fait le point sur ce statut acquis par la métropole, et sur la manière dont il sera valorisé au cours des semaines à venir.

Denis TERSEN
Denis Tersen, directeur général du comité Lille Métropole 2020 Capitale mondiale du design

Désignée Capitale mondiale du design 2020, Lille a dû patienter. “Le confinement est intervenu alors que nous étions à quelques semaines de la grande ouverture, prévue pour le 29 avril”, témoigne Denis Tersen, directeur général du comité Lille Métropole 2020 Capitale mondiale du design, qui assure : “nous avons pu rétablir une programmation dense et complète à partir du 9 septembre” avec le label “clean and safe”, et ce malgré “l’embouteillage des événements culturels reportés à la recherche de lieux d’accueil”. Comme prévu, des “POC” (Proof Of Concept) sortent de terre, et les entreprises, les collectivités et les associations du territoire ont l’occasion de “montrer comment elles se sont saisies du design pour transformer leur activité, leur ville, la métropole”, poursuit Denis Tersen, qui prône “un design populaire. L’idée de la capitale mondiale, ce n’est pas d’incarner un design “décoratif”, mais bien un design qui transforme les usages, dans l’esprit des “arts impliqués” que portait le designer Jacques Viennot .”

Malgré la liste des villes précédemment désignées – Mexico, Séoul, le Cap –, Lille ne nourrit aucun complexe d’infériorité. La capitale européenne de la culture 2004 a déjà fait ses preuves : “Lille est une métropole créative, avec des lieux culturels prestigieux. Or le moteur du design, c’est la création”, souligne Denis Tersen, évoquant l’exemple d’une grande entreprise de la région, Decathlon, qui a su prendre le virage de la conception en s’appuyant sur une équipe de 270 designers, dont une grande majorité sur la métropole. “Lille a cet ADN design”, conclut Denis Tersen.