Atelier Richelieu : Tout est permis

Etre chic, rester souple : c’est le double pari parisien de l’atelier richelieu. Une aubaine pour le monde de la mode, mais pas seulement.

Un grand loft sur deux étages, à un pas du siège historique de la Bibliothèque nationale, à deux de la Bourse : l’Atelier Richelieu tient une place singulière dans le catalogue événementiel parisien. Dès l’arrivée dans la cour du 60, rue de Richelieu, on comprend que l’affaire est soignée. Hôtel particulier au XVIIe siècle, agrandi au XIXe pour accueillir l’imprimerie du magazine L’Illustration, l’endroit a de la patine, du cachet.

Belles verrières, grands murs blancs, parquet entretenu jusqu’au reflet, le tout en plein coeur du coeur de Paris : l’offre est attractive et le lieu est désormais occupé 170 à 180 jours par an, s’attirant notamment les faveurs du monde de la mode. Dior ou Longchamp l’ont utilisé après leurs défilés comme showroom, ou pour un lancement de produit. Sequoia y a organisé un cocktail. Et le photographe Mario Testino a profité des beaux volumes et de la généreuse lumière pour y réaliser des shootings pour Lancôme ou Stefanel. Mais la mode ne résume pas la clientèle et l’Atelier Richelieu a également été sollicité pour organiser les événements de grands distributeurs (Monoprix, La Redoute,Trois Suisses) et d’une longue procession d’autres références : GDF, SNCF, Microsoft, Nikon, Sony…

Authentique et original

Ce que les marques viennent y chercher : de l’authentique et de l’original au centre de Paris, mais également la souplesse d’un lieu où, comme on disait autrefois au Club Med, “tout est proposé mais rien n’est imposé”.

“Notre objectif était de proposer un lieu hyper neutre pour que les clients puissent l’interpréter à leur façon et sans leur imposer de prestataires”, confirme Benoît Louazel, qui veille sur la destinée de l’Atelier Richelieu pour le compte du groupe Tervaux. Pas de mobilier, pas de pompe décorative, pas de suréquipement : l’Atelier a vocation à être réinterprété par le client et susciter son audace. L’un choisit de recouvrir les murs de draperies rouges pour transformer l’étage en doux cocon de toile. L’autre transforme le rezde- chaussée en restaurant japonais. Tout est possible, donc, à condition de rester dans les clous des heures ouvrables (8 h-23 h).

D’autant plus qu’il y a de la place : près de 700 m2 sur deux étages. “On a du volume, mais on n’est pas perdu non plus dans l ’espace”, nuance Benoît Louazel. Des dimensions contrastées qui permettent à l’Atelier Richelieu d’attirer l’attention des organisateurs de salons arty. “Certes, c’est sur cour, ce qui oblige à faire un effort de signalétique. Mais c’est aussi une garantie de calme, et l’architecture est exceptionnelle avec une belle variété entre le rez-de-chaussée plus “loft” et l’étage plus “salon” et cosy”, explique Cécile Griesmar, organisatrice de Chic Dessin. Ce salon du dessin contemporain, qui s’installe à chaque début de printemps à l’Atelier, bénéficie en outre de la proximité du palais Brongniart où se déroule simultanément le grand Salon du dessin. “Cela nous facilite la tâche pour faire venir les collectionneurs. Généralement, ils ne connaissent pas le lieu avant de venir, mais ils en repartent ravis”, confirme Cécile Griesmar, qui a d’ores et déjà renouvelé le contrat avec l’Atelier Richelieu pour l’édition 2011. L’occasion rêvée pour découvrir les lieux de visu, en toute discrétion.

Fiche pratique

Atelier Richelieu

60 rue de Richelieu, 75002 Paris

Tél. : 01 42 33 01 64

Internet : www.atelierrichelieu.com

Deux Etages :

Rez-de-chaussée (350 m2 utiles) et étage (320 m2). Capacité annoncée de 250 à 300 personnes par étage. Une visite virtuelle est proposée sur la page d’accueil du site.