Autriche : sur la ligne de départ à la réouverture au monde

L'Autriche est l'un des tout premiers pays de l'Union Européenne à appliquer les mesures de réouverture de ses frontières prônées par l'Union Européenne. Mercredi 19 mai est la date d'un retour à une certaine normalité. Une urgence pour ce pays où le tourisme tient une importance essentielle. Enquête sur la situation dans ce pays à l'aube de sa réouverture au monde.
Austria Centre Vienna - Autriche

L’Autriche rêve de renouer avec une tradition d’accueil des visiteurs du monde entier. Il semble que ce rêve soit désormais une affaires de semaines, voire de jours. En 2019, référence pour une année touristique « normale », le secteur du tourisme et des voyages contribuait à hauteur de 11,8 % au PIB autrichien et représentait 12,5 % de l’emploi. Les visiteurs étrangers généraient alors 21,9 milliards d’euros pour le pays, soit près de 10 % des exportations (source: WTTC). Une manne qui s’est effondrée l’an dernier et qui a, par exemple, particulièrement affecté une ville comme Vienne, plus dépendante que d’autres destinations autrichiennes du tourisme international.

La Ministre Fédérale autrichienne du tourisme Elisabeth Köstinger lors de l’inauguration des Journées du Tourisme Autrichien. (Photo: LC)

Du 17 au 19 mai, se déroulait en réalité virtuelle les journées du tourisme autrichien, une manifestation remplaçant l’ATB, le salon professionnel vendant – et vantant – la destination Autriche. Une occasion qui a permis à Elisabeth Köstinger, Ministre Fédérale de l’Agriculture, des Régions et du Tourisme ainsi qu’à Petra Stolba, Directrice Générale de l’Office National Autrichien du Tourisme (ONAT) d’annoncer que l’Autriche était dans les starting-blocs à sa réouverture. « La pandémie a durement frappé l’économie du tourisme avec toutes les conséquences sur d’autres activités comme la restauration ou la culture. Mais nous sommes déterminés à rendre au secteur du tourisme sa place dans le top mondial de l’excellence, » a souligné Elisabeth Köstinger.

Vaccination et tests sont au cœur de la stratégie de normalisation. « Toutes les pré-conditions à l’adoption du passeport digital sont réunies. Les voyageurs de l’Union Européenne peuvent de nouveau séjourner en Autriche selon le principe des trois « G »« Getestet; Geimpft; Genesen » [ndlr: »Testé; Vacciné; Guéri »]« , a déclaré la Ministre. « Nous travaillons ainsi à supprimer la quarantaine pour les voyageurs entrant dans le pays, » précisait-elle. La fin de la quarantaine pour les voyageurs avec un statut négatif a été confirmé de fait le 17 mai par le gouvernement. Une mesure qui concerne l’Allemagne mais aussi la France.

Toutes les preuves d’un statut négatif au Covid acceptées

L’ambition du gouvernement est clairement d’accélérer le retour à une certaine normalité. Selon Elisabeth Köstinger, les Autrichiens – et maintenant les visiteurs européens – peuvent se faire tester quotidiennement au Covid ; en parallèle, la vaccination de la population gagne en ampleur. Tous les types de preuve d’un statut négatif – certificat papier, sms ou internet – sont ainsi acceptés. Ce qui permet à la fois la sécurité sanitaire et la liberté de mouvements selon la Ministre. Dans une seconde phase, l’Autriche va introduire son propre passeport digital compatible avec le certificat numérique Covid de l’Union Européenne. Ces documents intégreront le code QR prôné par l’UE.

Petra Stolba, Directrice Générale de l’Office National Autrichien du Tourisme

« Il faut une unification à l’échelle de l’Europe des conditions d’entrées et sorties des voyageurs de et vers l’Autriche. Et que ces conditions soient totalement transparentes pour générer la confiance des voyageurs. Nous mettons à jour continuellement dans plusieurs langues nos mesures de sécurité et de sûreté sanitaire, » indiquait de son côté Petra Stolba.

« Ce concept de séjours « sanitairement sécurisés » nous permet de démarrer une campagne pour l’industrie du MICE. Elle positionne l’Autriche à nouveau comme une destination leader sur le marché des conférences« , précisait encore Petra Stolba. Le voyage d’affaires représentait 14% des dépenses de visiteurs internationaux en 2019. L’ONAT n’est pas seulement impliqué sur un concept purement marketing. L’office travaille également sur de nouveaux formats et protocoles pour les congrès et conférences dans le pays. A suivre avec attention !