Bangkok – À la recherche de l’esprit thaï

Comment sélectionner un hôtel à Bangkok face à une offre pléthorique d’établissements tous plus excellents les uns que les autres ? Peut-être en recherchant ceux qui ont su marier parfaitement un esprit contemporain international avec la grande tradition thaïe…

Bangkok est un vrai paradis pour le visiteur. Mais cet éden, on ne le trouve pas sur ses grands axes encombrés presque sans interruption, de jour comme de nuit. On ne le trouvera pas non plus dans ce fouillis urbain de constructions modernes, où l’on cherchera désespérément un charme quelconque. Non ! Bangkok est de fait paradisiaque par… son hôtellerie. Car on ne saurait trouver ailleurs dans le monde une ville offrant autant d’établissements avec un tel niveau de service, et à des prix aussi peu élevés. “Un quatre ou un cinq étoiles à Bangkok coûte peu ou prou un tiers du prix de son homologue à Singapour. Et même un quart du prix d’un hôtel similaire à Hong Kong”, confirme Chanin Donavanik, président de la chaîne thaïlandaise Dusit International et vétéran de l’industrie hôtelière.

C’est vrai que l’on pourrait être pris de vertiges à regarder les chiffres d’un peu plus près. Avec un parc de 65 000 unités réparties à travers 1 350 hôtels, ce ne sont pas les chambres qui manquent à Bangkok. Et la source n’est apparemment pas prête de se tarir. Selon le dernier rapport du consultant Colliers International, près de 1 400 chambres vont, cette année encore, enrichir l’offre du segment haut de gamme. D’ici 2013, ce total dépassera même les 6 000 nouvelles chambres.

Surabondance de biens
Et comme les taux d’occupation restent relativement bas, le surplus de l’offre par rapport à la demande va continuer de peser sur les prix dans les années à venir. En 2010, les hôtels de la capitale ont en effet affiché un taux d’occupation moyen de seulement 49,7 %. Le creux de la vague a été atteint en avril et mai, en plein coeur de la tourmente politique qui a agité le pays, lorsque les hôtels de la capitale affichaient un taux de 28 % à 30 %. Selon le rapport de Colliers International, la fréquentation est depuis remontée à 70 % dans l’hôtellerie de luxe. Mais les tarifs ne suivent pas la même évolution. Ainsi, au quatrième trimestre 2010, Colliers International fixait à 115 euros le prix moyen d’une chambre dans un cinq étoiles et il semble même que la tendance soit repartie à la baisse. De quoi ravir les hommes d’affaires et les touristes de passage dans la capitale thaïlandaise.

Avec des prix aussi avantageux, pourquoi ne pas prendre finalement ce que Bangkok a de mieux à offrir ? Les derniers nés, tels le Méridien, le Renaissance, le MGallery ou le Pullman, jouent la carte d’un luxe version minimaliste. Lignes épurées, panneaux en bois, grandes verrières et restaurants agencés sur le concept d’ “open kitchen” sont devenus la marque de fabrique de l’hôtellerie de la capitale thaïlandaise version XXIe siècle.

L'art du service

L’art du service fait partie des valeurs intemporelles de l’hôtellerie de luxe asiatique. Fleuron des établissements de Bangkok, le Sukhothai y ajoute une touche de finesse toute thaïlandaise.

Pour casser un peu les stéréotypes, certains préfèreront se tourner vers une hôtellerie ayant su préserver la quintessence de la culture thaïe. Ainsi, autour du fleuve Chao Praya se concentrent encore quelques fleurons d’une hôtellerie restée dans son jus. On y trouve bien sûr l’Oriental, le palace historique de Bangkok qui, pendant des décennies, a été la référence absolue en matière de raffinement et de service. Mais il n’est le plus seul, notamment depuis l’ouverture du Peninsula en 1998. Le Shangri- La est une autre prestigieuse adresse, même si sa façade peut être trompeuse. Car sa banalité extérieure cache de fait un établissement dégageant une merveilleuse douceur de vivre. Le jardin est un chef d’oeuvre et abrite l’exquis pavillon thaï Salathip. Pour garder son rang, entre 2009 et 2010, l’hôtel a fait subir une cure de rajeunissement à tous ses espaces publics. “Le but était de préserver notre essence locale en y apportant une touche contemporaine, sans ostentation”, décrit Thierry Douin, vice-président du groupe Shangri-La pour la Thaïlande et l’Indonésie. Un pari réussi.

Ambassadeurs de la culture Thaïe
Quels seraient les hôtels qui incarneraient plus que d’autres la tradition thaïe ? La réponse ne fait aucun doute pour Chanin Donavanik, de la chaîne Dusit. “Nous ne sommes plus que deux établissements de grand luxe – l’hôtel Sukhothaï et nousmêmes – à battre encore pavillon thaïlandais. Cela nous donne le devoir moral de porter haut une certaine tradition de l’hospitalité de notre pays. Je pense que Dusit Thani doit d’ailleurs agir un peu comme une ambassade de la culture thaïlandaise à travers le monde”, raconte l’hôtelier qui poursuit l’ambition de sa mère, Chanut Piyaoui. L’architecture du Dusit Thani, à l’angle du boulevard Silom, s’inspire du chedi du temple Wat Arun, dans une réinterprétation très années 60. Il fut pendant longtemps le seul building digne de ce nom à Bangkok. “Notre philosophie n’a pas varié. Nous voulons continuer d’incarner un certain art de vivre à la thaïlandaise. Notre service n’a peut-être pas la perfection de certains palaces de grand luxe de Singapour, de Hong Kong ou de Londres, mais le personnel apporte sa sincérité, son plaisir d’être au service de nos hôtes. C’est ce caractère unique de la culture thaïlandaise que je souhaite transmettre”, dit Chanin Donavanik.

À quelques mètres, sur l’avenue Sathorn, le Sukhothai dégage cette même impression de sérénité. Il faut traverser une allée ombragée couverte de frangipaniers pour accéder au hall de réception. Avec ses bassins d’eaux entourés de colonnades où se dressent des stupas, l’architecte américain Kerry Hill s’est inspiré, pour la structure basse de l’hôtel, de la plastique de l’ancienne capitale Sukhothai. Tranchant singulièrement avec les buildings alentour, l’hôtel qui fêtera ses 20 ans en novembre prochain n’a pas pris une ride ; sans doute grâce à son design aux lignes pures et intemporelles. Un autre pari réussi.

Le Dusit Thani

Depuis 40 ans, le Dusit Thani est le point de convergence des hommes d’affaires et des voyageurs qui viennent retrouver chez ce doyen de l’hôtellerie locale un parfum de Siam.

Cette structure de pavillons s’ouvrant sur des bassins d’eaux, réminiscence des anciennes demeures royales thaïes, a également été source d’inspiration pour le plus récent des palaces de la capitale, le Siam Kempinski. Logique innutrition puisque ce cinq étoiles jouxte le palais Sra Pathum, résidence de la princesse Sirindhorn. Mais qu’on se rassure : la tranquillité de la fille cadette du roi Bhumibhol est préservée, car on n’aperçoit guère le palais et ses dépendances… La discrétion fait d’ailleurs partie de l’éthique du Siam Kempinski. Les pavillons qui abritent les chambres forment géométriquement un lotus. “Cette forme nous coupe des bruits environnants. Avec le jardin sur lequel donne chacune de nos chambres, notre hôtel se veut un véritable resort au coeur de la ville”, indique Jee Hong Tan, directeur des ventes et du marketing de l’établissement.

Lotus Sacré et Art Royal
Les architectes ont ainsi multiplié les références aux fondements de l’imaginaire thaï. Les collections d’art – on dénombre 1 500 oeuvres contemporaines ou anciennes exposées dans l’hôtel – reflètent la magnificence de la royauté et son rôle dans la promotion des arts appliqués. Les lampes des halls ont été créées en s’inspirant des longs doigts effilés de bronze servant d’accessoires aux danseuses classiques tandis que les tables basses sont en fait des tambours traditionnels. Dans les chambres, les meubles de facture contemporaine font appel au bambou, aux bois naturels et démontrent le réel talent des designers locaux. Chaque détail est une nouvelle découverte. Le Siam Kempinski agit un peu comme un parcours initiatique, une plongée dans les méandres de la culture thaïe. Encore un pari réussi…

Carnet pratique
Dusit Thani > 946 Rama IV Road
• Tél. : +66 (0)2 200 9000
• Internet : www.dusit.com

Peninsula Bankok > 333 Charoennakorn Road, Klongsan
• Tél. : +66 (0)2 861 2888
• Internet : www.peninsula.com

Shangri-La Bankok > 89 Soi Wat Suan Plu New Road, Bangrak
• Tél. : +66 (0)2 236 7777
• Internet : www.shangri-la.com

Siam Kempinski > 991/9 Rama 1 Road
• Tél. : +66 (0)2 162 9000
• Internet : www.kempinski.com

The Sukhothai > 13/3 South Sathorn Road
• Tél. : +66 (0)2 344 8888
• Internet : www.sukhothai.com

Sofitel So Bankok > (ouverture début 2012) North Sathorn Road Silom Bangrak
• Tél. : +66 (0)2 2381991
• Internet : www.sofitel.com