Barcelone : l’Eixample

Star européenne du tourisme urbain, Barcelone a pris l’habitude, depuis une quinzaine d’années, d’empiler les chantiers pour créer constamment la surprise. Mais aujourd’hui comme hier, le quartier de l’Eixample reste le centre le plus actif de cette cité en plein essor.

Bien sûr, il y a le charme éternel du Barri Gòtic, le miracle du Port Olimpic, la montée en puissance du quartier du Forum et le nouveau parfum canaille du Raval… Mais la grande majorité des centres de business, de même que celle des grands hôtels et restaurants de Barcelone sont concentrées dans ce quartier de l’Eixample, plus particulièrement encore autour de son épine dorsale : le Passeig de Gràcia. Et la légende se construit depuis bientôt 150 ans. Contrairement à ce que laissent penser la perfection géométrique de son tracé et la grâce de ses joyaux architecturaux, l’Eixample ne se traduit pas par “l’exemple”, mais, plus modestement, par “extension”. Celle qui fut conduite à partir de 1859 par l’urbaniste Ildefons Cerda pour donner un peu d’air et d’espace à une ville en plein développement et qui commençait à étouffer entre ses forteresses médiévales. Résultat : un immense quartier en damier qui, vu du ciel, ferait songer à l’Amérique, si ce n’est la particularité de coins de blocks biseautés. Vu du sol, en revanche, la comparaison n’opère plus du tout, les façades modernistes, les innombrables placettes et le parfum des tapas ancrant définitivement le lieu en Catalogne, région en vue dont le quartier de l’Eixample est toujours le centre névralgique.