BCD Travel sonde les motivations des voyageurs d’affaires

BCD Travel a interrogé plus de 700 voyageurs d’affaires à l’international. Malgré les possibilités offertes par la communication virtuelle, l’envie de reprendre la route est là. Les professionnels nomades plébiscitent aussi plus d’autonomie et de souplesse.
BCD Travel
D'après l'étude publiée par BCD Travel, la majorité des voyageurs d'affaires (60%) veulent reprendre le chemin du business travel

En marge de la quinzaine olympique, la discipline reine dans le domaine du voyage d’affaires consiste ces temps-ci à déterminer si, à plus ou moins long terme, les voyageurs d’affaires reprendront bien le chemin de l’aéroport, ou s’ils conserveront leurs nouvelles habitudes de visioconférence. Ce 19 août, BCD Travel est le nouveau concurrent à se présenter sur la ligne de départ. Avec un constat rassurant : les déplacements professionnels suscitent toujours une appétence à laquelle ne se substituent pas les ersatz virtuels. L’agence de voyages d’affaires a sondé pas mois de 738 voyageurs d’affaires dans le monde, lesquels entendent majoritairement (60%) reprendre le chemin du business travel. Néanmoins, un quart des sondés (26%) confient vouloir revoir à la baisse leurs volumes de déplacement, un salarié sur dix (9%) souhaitant au contraire rattraper le temps perdu en voyageant davantage.

Ce besoin de mobilité s’explique notamment par une relative frustration vis-à-vis des modalités de communication en format virtuel. Parmi les reproches adressés aux solutions de visioconférence figurent notamment le manque de contact humain (66%), une interaction limitée (58%), une distraction plus courante (54%), ou encore l’inadaptation du canal pour certains types de réunions (51%). En outre, après plus d’un an d’utilisation systématique, les voyageurs d’affaires évoquent une « fatigue du Zoom », et des problèmes technologiques qui persistent (49%).

donner aux employés les moyens de prendre leurs propres décisions en matière de voyage

« Les réunions en face à face restent non seulement un élément essentiel pour atteindre les objectifs de l’entreprise, mais aussi pour satisfaire le besoin d’efficacité et d’interaction humaine des entreprises », assure Mike Janssen, Global Chief Operating Officer et Chief Commercial Officer chez BCD Travel. « Avec des millions de vaccins en plus chaque jour, une majorité des équipes sont prêtes à reprendre la route, malgré les récents pics du variant. Dans un environnement post-pandémique, les entreprises doivent continuer à donner des conseils. Afin de rester un employeur attractif dans cet environnement qui évolue rapidement, elles doivent également envisager de donner aux employés les moyens de prendre leurs propres décisions en matière de voyage », ajoute Mike Janssen.

Ce besoin d’autonomie se retrouve effectivement dans les résultats de l’enquête menée par BCD Travel. Ainsi, à l’heure d’appréhender les politiques voyages post-Covid, ces derniers souhaitent pouvoir décider eux-mêmes s’ils veulent voyager (64%), tout en bénéficiant d’un processus d’approbation des voyages plus simple (58%). Le recours aux vols directs est également plébiscité par la majorité des sondés (53%).

Pour autant, comme le rappelle le président de BCD Meetings & Events, Scott Graf « Alors que dans certaines parties du monde, la pandémie recule lentement, d’autres régions pourraient continuer à s’appuyer sur des réunions virtuelles. Les organisateurs d’événements doivent améliorer leur offre avec un nouvel ensemble de compétences qui leur permet de compenser les faiblesses des réunions virtuelles, comme le manque d’interaction. La formation ou l’assistance externalisée peuvent être la solution pour que les employés restent concentrés et motivés dans un environnement toujours plus difficile ».