Quel avenir pour la production du Boeing 737 MAX ?

Contrairement aux annonces optimistes de Boeing il y a quelques mois, les les Boeing 737 MAX sont toujours cloués au sol avec la révélation de nouveaux problèmes technologiques. On parle désormais d’une éventuelle levée de l’interdiction de vols en toute fin d’année. Boeing commence même à évoquer sérieusement l’arrêt de production de l’avion.

Boeing
Le doute plane toujours chez Boeing quant à l'avenir du 737 MAX

Boeing a annoncé la semaine dernière qu’il pourrait suspendre la fabrication du 737 MAX s’il ne peut convaincre les régulateurs qu’il a résolu tous les problèmes affectant son modèle. Boeing a déjà annoncé faire face à des coûts additionnels de plus de huit milliards de dollars liés à deux accidents qui ont tué 346 personnes. Le constructeur vient ainsi d’annoncer des pertes de trois milliards de dollars au dernier trimestre. Il faut dire que l’avionneur américain avait vendu jusqu’en avril 36 appareils de type Boeing 737 contre 290 durant la même période de 2018. L’exceptionnelle commande de British Airways pour 200 Boeing MAX est venue cependant sauver la mise en juin.

Se pose également en filigrane une autre question pratique : où stocker désormais les nouveaux jets sortant de la chaîne à Seattle ? Plus d’une centaine sont désormais immobilisés sur le tarmac des usines Boeing à Everett. Et il faut y ajouter les quelque 300 appareils parqués par toutes les compagnies autour du monde…

Le New York Times citait récemment le directeur général de Boeing, Dennis Muilenburg qui indiquait « envisager plusieurs options, y compris l’arrêt temporaire de la production de MAX ». La décision dépendra en fait de la date de remise en service des avions et des options de stockage des appareils nouvellement construits. Boeing a déjà ralenti la production du 737 à 42 avions par mois contre 52 auparavant. La compagnie avait annoncé il y a quelques jours que le Boeing 737 MAX pourrait de nouveau voler en octobre, propos immédiatement démentis par les autorités fédérales de l’aviation civile américaine.

Boeing doit aussi faire face à la colère de ses clients, les compagnies aériennes. Beaucoup ont dû revoir leur programme de vols avec de drastiques baisses de capacité sur certains secteurs. Southwest Airlines vient par exemple d’annoncer fermer sa base de New York-Newark, en raison de la pénurie d’avions dans sa flotte.

Selon le Wall Street Journal, l’immobilisation des Boeing 737 MAX s’est traduite en juillet par l’annulation de 115 vols quotidiens d’American Airlines, de 100 fréquences quotidiennes pour Southwest et de 45 vols quotidiens pour United Airlines. Selon ces trois compagnies, la situation va continuer de se dégrader. Pour octobre, American Airlines prévoit l’annulation de 115 vols par jour, United de 95 vols et Southwest de 180 vols…

En Europe, Norwegian, Ryanair et TUI.com sont parmi les compagnies les plus touchées, ces transporteurs devant réduire le nombre de leurs vols, éventuellement fermer des bases ou louer à un coût élevé d’autres appareils. Parmi les autres compagnies aériennes affectées par l’immobilisation, on compte également Icelandair et Turkish Airlines. Boeing a annoncé qu’elle devra verser l’équivalent de 5,6 milliards de dollars de compensation aux compagnies aériennes affectées par l’immobilisation du Boeing 737 MAX.