Les capacités au plus bas sur les lignes long-courriers internationales

Selon la dernière analyse du consultant OAG, le trafic aérien continue de se redresser. En cette fin juillet, la capacité totale en sièges atteignait 48% de celle enregistrée à la même époque l'an passé. Le long-courrier reste cependant exclu de cette embellie. Celle-ci pourrait s'avérer de courte durée avec une nouvelle vague de pandémie.

capacites-Berlin-tegel
Berlin Tegel a connu une reprise de son trafic en juillet avec le retour des compagnies low cost comme EasyJet.

Pour OAG, la 28ème semaine de trafic sous effet covid-19 a vu la poursuite de la remontée des capacités aériennes dans le monde, même si cette derniere ralentit par rapport aux prévisions initiales. OAG enregistrait pour la semaine du 27 juillet 57,5 millions de sièges hebdomadaires, soit environ 48% de la capacité de l’année dernière.

Long-courrier en berne

Cette remontée des capacités reste essentiellement intra-continentale, OAG constatant que le trafic long-courrier reste à des niveaux historiquement bas. Il faut en blâmer la fermeture des frontières dans de nombreux pays, en particulier aux Etats-Unis, Brésil, Japon, Chine ou Russie. Ces pays génèrent en effet d’importants courants de trafic internationaux.

Selon OAG, la capacité hebdomadaire sur le long-courrier atteint en cette fin juillet 16% de celle enregistrée à la même époque en 2019. Ce chiffre est quasi étale depuis le mois d’avril. En chiffres, il se traduit par un peu plus de 1,2 million de sièges hebdomadaires sur les grands axes intercontinentaux contre un peu plus de 8 millions de sièges en 2019.

Il est peu probable qu’une amélioration soit constatée à court terme en raison de la virulence de la pandémie sur le continent américain et d’une circulation accrue du virus en Asie et en Europe.

Effet positif du low-cost en Europe

On constate pourtant une embellie en Europe. OAG indique que les capacités sur les lignes en Europe de l’Est/Europe Centrale atteignent désormais 80% de leur niveau de janvier, avant la crise. Cette reprise devrait s’amplifier avec le retour des liaisons internationales vers et depuis la Russie à partir d’août.

Le trafic aérien en Europe de l’Ouest retrouve de fait quelques couleurs, la croissance en nombre de sièges d’une semaine à l’autre affichant une hausse de 10%. Avec 10,46 millions de sièges disponibles, OAG indique que les capacités en Europe de l’Ouest représentent de nouveau 56,9% du nombre de sièges de janvier dernier. Le continent européen a notamment bénéficié d’un accroissement rapide des vols des transporteurs low-cost Easyjet et Ryanair.

Hors Europe, l’Asie du Nord Est atteint 80% de ses capacités en sièges par rapport à janvier. Mais cette performance est due à la reprise des vols sur les liaisons domestiques en Chine, Corée et au Japon.

Pourtant, les nuages s’accumulent de nouveau sur le secteur aérien. L’apparition de nouveaux foyers de contamination dans le monde, dont de très nombreux en Europe va certainement peser sur la demande des passagers. La confiance des voyageurs risque en effet d’être de nouveau sapée par les pics d’activité du Covid-19. OAG prédit ainsi que le nombre de sièges devraient s’élever à 60 millions à la fin août, soit dix millions de moins que dans ses prévisions antérieures.