Centres d’affaires : une autre façon de vivre le bureau

En 2007,260 centres d’affaires étaient répertoriés en France, contre 744 en Grande-Bretagne ; 121 d’entre eux appartenaient à des groupes possédant plus de dix sites et 120 étaient indépendants”, dit Frédéric Dathy, président du Synaphe, syndicat national des professionnels de l’hébergement d’entreprises. Toujours selon le Synaphe, les centres d’affaires londoniens représentaient 2,1 % du parc des bureaux de la ville, alors qu’ils atteignaient à peine 0,7 % à Paris.

Car ce concept, venu des États-Unis, est encore mal connu des Français, pour ne pas dire mal accepté. Mais il recèle un vrai potentiel de développement. Notamment en cette période d’incertitude où les entreprises sont de plus en plus nombreuses à apprécier la souplesse de ce système locatif.

Ce principe d’espaces loués à l’heure, à la semaine, au mois ou à l’année qui propose clés en main différentes prestations – standard téléphonique, accueil, intendance, secrétariat, accès aux salles de réunion, etc. – permet aux entrepreneurs d’échapper à la rigidité du bail commercial classique. Raison pour laquelle la clientèle des centres d’affaires se compose à environ 50 % de sociétés en restructuration et à près de 15 % de créateurs d’entreprise recherchant des bureaux pour se lancer. Vingt pour cent sont des compagnies étrangères, l’autre partie étant généralement constituée de grands comptes souhaitant délocaliser ponctuellement certains de leurs services, ou ouvrir une filiale en France.

Équipement, confort, proximité

Côté coût, l’étude Synaphe 2007 montre qu’en optant pour un bureau situé en centre d’affaires plutôt que pour une location directe, l’investissement pour le client sera en moyenne de 3,5 fois inférieur, avec un coût d’exploitation jusqu’à 2,1 fois moins important. Ce qui explique qu’aujourd’hui les centres d’affaires ne sont plus l’apanage de sociétés du secteur de l’informatique ou des nouvelles technologies et attirent une clientèle très variée : cabinets d’avocats ou de consulting, organismes publics…

Déjà présents dans toutes les grandes agglomérations françaises, ils s’installent désormais dans des villes moyennes comme Nantes, Orléans, Tours, Rennes… “Quel que soit le lieu d’implantation, la demande est sensiblement identique : équipement technologique très performant, flexibilité, d’où l’importance des cloisons amovibles, mais aussi qualité des prestations, sécurité, confort et convivialité”, souligne Édouard Lagourgue, directeur général du groupe NCI, l’un des premiers indépendants français, avec 14 millions d’euros de chiffre d’affaires et près de 1000 clients, essentiellement des PME et PMI, aussi bien en France qu’à l’étranger. NCI compte une vingtaine de sites sur le territoire national, dont onze à Paris et d’autres situés en zone franche urbaine comme les unités de Roubaix, Tourcoing et Mantes-la-Jolie. Si chaque centre a sa propre personnalité, tous répondent aux mêmes critères : qualité des services et du personnel, proximité des transports, adresses prestigieuses, “french touch”, maintenance par anticipation du réseau, réactivité en cas de problème… Le groupe NCI propose aussi un pôle communication-marketing.

Interburo, à Villeurbanne, dans la région lyonnaise, joue également sur la proximité avec quatorze bureaux situés en centre-ville, à deux minutes à pied de la mairie. Professions libérales et artisans forment la plus grande part de sa clientèle.

Indépendants en réseau

Toujours en province et implanté principalement dans des villes de moins de 100000 habitants, Modelo System déploie sept centres d’affaires, dont deux franchisés. “Notre positionnement ? Apporter du service de qualité à prix discount”, explique Jean- Bernard Lamoise, directeur. Autre particularité de Modelo System : proposer une seconde activité, celle d’agence de communication et de conseil dont peuvent bénéficier ses clients.

D’autres indépendants ont décidé de se regrouper sous l’enseigne Buro Club afin de faire face à la concurrence des grands groupes. “Avec treize associés représentant 28 centres d’affaires dans toute la France, nous sommes le premier réseau d’indépendants. Nous réalisons près de 13 millions de chiffre d’affaires et possédons 28000 m2 de bureaux, plus de 1000 bureaux et une centaine de salles de réunion”, indique Xavier Berrezai, président du groupement. La majorité des sites Buro Club se trouvent non loin des nœuds de communication : gares, stations de métro, axes routiers… Car la situation géographique fait souvent la différence dans le choix d’un centre. Viennent ensuite les tarifs et la panoplie des services proposés. Ainsi, à l’inverse de certains de ses confrères qui, face à l’actuelle crise économique, ont choisi de diminuer leurs prix, Buro Club a fait le choix de maintenir sa tarification. En revanche, il offre beaucoup plus de souplesse à ses clients à travers son Offre Liberté : un bureau immédiat, sans contrainte de durée et avec la possibilité de se libérer du bail avec un mois de préavis.

Même stratégie chez Regus, leader mondial de la mise à disposition d’espaces de travail, avec un chiffre d’affaires 2007 s’élevant à 862,4 millions de livres, (961,3 millions d’euros), soit une croissance de 26,8 %, plus de 400000 clients,950 sites répartis dans 400 villes et 70 pays, dont 37 en France. “En septembre 2008, nous avons lancé le programme d’abonnement Businessworld”, explique Olivier de Lavalette, directeur général Regus Europe du Sud. Ce service que Regus est le seul à proposer actuellement, s’adresse particulièrement aux voyageurs d’affaires recherchant, en complément de leur bureau habituel, un bureau professionnel ou un business lounge correspondant à une adresse stratégique. Avec quatre cartes (Blues, Gold, Platinum et Platinumplus), les utilisateurs accèdent aux services Regus en fonction de leurs besoins et de leur budget, dans l’ensemble des centres en France ou à l’étranger. Ainsi, au cours de leurs déplacements, les adhérents peuvent ponctuellement, voire sur du long terme, disposer de manière illimitée de bureaux équipés, de salles de réunion et de formation ou de studios de vidéoconférence. Depuis son lancement, ce programme remporte un vif succès. Aussi bien auprès des PME que des multinationales.

Présent aussi à l’international, dans une quinzaine de pays, le groupe Servcorp mise sur le standing. Ses trois centres d’affaires parisiens affichent des adresses prestigieuses : square Edouard VII, avenue des Champs-Élysées et boulevard Haussmann. “Notre stratégie consiste, quel que soit le pays, à choisir de beaux immeubles dans des quartiers de renom afin de toucher une clientèle haut de gamme”, confie Doriane Couet, coordinatrice marketing. Comptant actuellement 75 centres d’affaires dans le monde entier, le groupe prévoit d’ouvrir neuf autres unités courant 2009, au Moyen-Orient, en Chine et en Australie.

Adresses de prestige

Dans le même esprit que celui des clubs d’affaires, Servcorp propose à sa clientèle toute une gamme de services personnalisés : assistante de direction et d’étage, réceptionniste, pressing, réservation de chambre d’hôtel, de table de restaurant, de taxi, de billets d’avion ou de train… un peu à l’image d’une conciergerie hôtelière. Autre originalité : des bureaux virtuels donnant droit à une adresse et un numéro de téléphone auquel une réceptionniste dédiée répondra immédiatement selon les instructions du client.

Sur ce marché de la location de bureaux haut de gamme, on trouve aussi le groupe britannique Executive Offices Group, propriétaire en France de la marque Argyll. Confort, élégance, discrétion et professionnalisme sont ses mots d’ordre. Les bureaux de grand standing sont situés généralement dans des immeubles classés monuments historiques et n’affichent aucune marque, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des centres de façon à préserver la confidentialité. Le personnel a été formé dans les hôtels cinq étoiles, et tout est fait pour que le client se sente chez lui.

Ainsi, dans tous les établissements, la clientèle à droit à un club lounge, équipé de canapés confortables et proposant un service à table. De la même manière, elle trouve à chaque étage des cuisines équipées et dispose de salles de douches dotées de produits et de linge de toilette.

Pour sa part, Ready Office, entreprise indépendante proposant un site de 2500 m2 à Paris, a conçu une offre packagée, sans surcoût, dans un cadre original : un ancien relais de poste datant de 1900, dans un quartier tendance, rue du faubourg Saint-Antoine, entre Bastille et Nation. “C’est un enchevêtrement de petits bâtiments ; certains ont conservé leur architecture d’origine, d’autres sont totalement modernes, mais tous donnent sur une courette pavée privée et un jardin. L’ensemble restitue une ambiance provinciale au cœur d’un quartier animé, commerçant, atypique et situé à quelques minutes des grandes gares”, explique Frédéric Morel, gérant.

Le marché des centres d’affaires est donc très diversifié. Les professionnels offrent des services pratiquement équivalents à ceux de l’hôtellerie et élargissent leur présence sur l’ensemble du territoire français. Afin de clarifier cette activité qui connaît un succès croissant en France, une norme Afnor sur les “services des professionnels de l’hébergement d’entreprises”, la NF X 50-772, vient d’être créée. Une garantie quant au rapport qualité/prix.