Le check-in par reconnaissance faciale pourrait être la norme à Sydney

La reconnaissance faciale pourrait remplacer le check-in traditionnel à l’aéroport de Sydney. Ce dernier et Qantas testent actuellement cette technologie sur un échantillon de passagers.
Sydney biométrie oeil
Les technologies biométriques deviennent de plus en plus populaires les aéroports dans CC

L’aéroport de Sydney teste actuellement une nouvelle technologie biométrique. Cette dernière permet d’identifier les passagers grâce à leur visage. La procédure se déroule en quatre phases : check-in, dépôt de bagage, accès en salon et embarquement. « À l’avenir, les passagers n’auront plus à jongler entre leur passeport et leur valise au check-in, ou fouiller dans leur poche ou dans leur smartphone pour montrer leur carte d’embarquement : votre visage replacera les deux », s’est réjoui Geoff Culbert, CEO de l’aéroport de Sydney.

Plus commode et surtout plus rapide

Le hub australien coopère avec Qantas Airways pour expérimenter avec cette technologie. « Les lignes aériennes et les aéroports doivent proposer des services de plus en plus commodes et rapides », a constaté Vanessa Hudsom, responsable clientèle à Qantas. « Nos clients pourront effectuer leur check-in avec cette technologie, mais l’équipe de nos salons y auront aussi accès afin de proposer une expérience personnalisée quand les passagers arrivent », a ajouté Vanessa Hudsom.

Le risque d’atteinte à la vie privée

Cette technologie reste, pour l’instant, restreinte à quelques voyageurs ayant agréés à cette expérience. D’ailleurs, ils doivent tout de même effectuer leur check-in et enregistrer leur bagage à l’ancienne. Si le gouvernement australien requiert toujours un passage en douane, cette formalité pourrait être automatisée, tout comme les check-ins mobiles. Les contrôles biométriques pourraient représenter une révolution dans les aéroports. La question du consentement se pose cependant : comment la machine différenciera les voyageurs acceptant d’être traqués de ceux voulant préserver leur anonymat sur ce système.C