Paris, pont aérien vers la Chine

Tandis qu'Hainan Airlines lance des vols depuis Paris vers Chongqinq et Shenzhen, Xiamen Airlines relie désormais la capitale française à Fuzhou. Ce qui renforce d'autant le trafic entre Paris et la Chine.

Hainan-Airlines
Hainan Airlines lance des lignes depuis Paris CDG vers Chongqing et Shenzhen.

Les arrivées annoncées de Hainan Airlines sur les lignes Paris-Chongqing et Paris-Shenzhen et de Xiamen Airlines sur la liaison Paris-Fuzhou confirment le rôle privilégié que joue la capitale française pour le trafic vers la Chine. Les raisons de l’intérêt que portent les compagnies chinoises pour Paris sont multiples. La première des motivations – qui n’a pas grand-chose à voir avec le marché des affaires français – est certainement la progression constante du nombre de visiteurs chinois, avec plus d’un million de visiteurs chaque année en France, dont plus de 800 000 touristes pour le Grand Paris.

Il y a ensuite des liens historiques profonds entre les deux pays. La France a été le premier Etat occidental à avoir reconnu la République Populaire de Chine, et ce, dès 1964. Cette année-là d’ailleurs, Air France était la première compagnie occidentale à pouvoir se poser à Pékin. Le développement des lignes aériennes entre Paris et la Chine n’a depuis fait que progresser.

Mais au-delà du côté sentimental, il y a ce vrai courant de trafic d’affaires qui, aujourd’hui, stimule plus que jamais les échanges entre la France et la Chine. Le développement économique rapide de métropoles secondaires en Chine stimule donc les courants d’affaires et de trafic. Sur les cinq dernières années, le trafic a de fait bondi entre la France et la Chine.

Selon les chiffres communiqués par Sonia Gacic-Blossier, responsable des relations avec la presse pour Paris Aéroport, la Chine est devenue au fil des ans le premier pays d’Asie contributeur au volume de trafic au sein des plates-formes parisiennes, détrônant le Japon. Paris CDG est même certifié depuis 2015 aéroport « Welcome Chinese » par la China Tourism Academy – l’équivalent du ministère du Tourisme – pour son niveau d’accueil des passagers chinois.

Le faisceau Paris-Chine, incluant Hong Kong, représentait 2,5 millions de passagers en 2017, auxquels il faut ajouter une croissance du trafic de 4,5 % de janvier à octobre 2018. Avec les ouvertures annoncées par Hainan Airlines vers Chongqing, Shenzhen et par Xiamen Airlines vers Fuzhou, Paris est désormais reliée à 12 villes chinoises, Hong Kong compris, grâce à huit transporteurs aériens. Côté français, Air France et Aigle Azur, depuis l’été, desservent la Chine, cette dernière étant la seule compagnie à offrir des vols vers Pékin depuis Orly. Une ligne d’ailleurs desservie en partenariat avec Hainan Airlines.

Nouvelles lignes vers Fuzhou, Chongqing et Shenzhen

A Roissy, on trouve, outre Air France, Air China, Cathay Pacific, China Eastern, China Southern, Hainan Airlines et la petite dernière, Xiamen Airlines, membre de SkyTeam, qui propose donc trois vols hebdomadaires depuis le 11 décembre sur Fuzhou, son second hub international avec Xiamen. “Nous souhaitons non seulement promouvoir Fuzhou et la province de Fujian sur le marché français, mais aussi positionner Fuzhou comme une plaque tournante vers l’Asie. Fuzhou est notre second hub le plus important avec des liaisons vers une quarantaine de villes de Chine et 17 destinations internationales, notamment vers la Corée, le Japon et l’Asie du Sud-Est”, décrit Hu Nan, vice-président alliances et partenariats de Xiamen Airlines.

Nous travaillons également avec les autorités aéroportuaires pour positionner Fuzhou comme une plaque tournante facile pour les passagers internationaux avec du personnel qui parle anglais et la possibilité de s’arrêter 72 heures sans visa pour les passagers en transfert”, précise Ni Liangsheng, vice-président de Xiamen Airlines en charge du hub de Fuzhou. Aux trois fréquences hebdomadaires effectuées en Boeing 787-8, devrait s’ajouter une quatrième fréquence au printemps prochain depuis Paris. “Nous étudions aussi la possibilité d’une desserte de Londres”, indique encore Ni Liangsheng.

Hainan-Airlines-PNC
Hôtesses de la compagnie Hainan Airlines.

Du côté d’Hainan Airlines, l’ouverture des lignes sur Chongqing et Shenzhen correspondent d’abord à une demande importante de la classe moyenne chinoise pour une liaison sur Paris depuis ces deux villes. “Mais elles offrent aussi aux entreprises françaises la possibilité de trouver des débouchés vers ces deux villes qui sont aujourd’hui parmi les plus dynamiques et les plus jeunes du pays. Shenzhen est l’un des grands centres mondiaux high-tech par exemple”, décrit Yang Hulong, vice-président International de Hainan Airlines.

Sur ces deux nouvelles liaisons, la compagnie chinoise met en service un Boeing B787 en configuration biclasse avec son nouveau produit affaires, tandis que sa liaison sur XIan continue d’être exploitée en Airbus A330 biclasse. Avec deux vols – les lundi et vendredi – entre Paris et Shenzhen et deux fréquences hebdomadaires – les mercredi et samedi – sur Chongqing, Hainan Airlines offre désormais un vol quotidien vers Paris, puisque le transporteur propose trois vols hebdomadaires sur Xian depuis 2014.

Nous pensons que l’aéroport de Shenzhen a également le potentiel pour servir de hub sur toute l’Asie, ainsi que sur la Chine. L’aéroport a déjà un fort trafic international et est bien équipé pour accueillir le transit des passagers non chinois. Aussi, nous allons ajouter un troisième vol hebdomadaire à la fin mars sur Paris”, précise encore Yang Hulong. Quant à la coopération avec Aigle Azur –les deux transporteurs ayant pour même actionnaire le conglomérat chinois HNA –, elle pourrait s’étendre aux nouvelles lignes d’Hainan Airlines à Paris CDG.

Nous y travaillons actuellement et espérons aboutir à une rapide évolution”, explique Yang Yulong. Le vol Orly-Pékin d’Aigle Azur pourrait-il alors être transféré sur Roissy pour mieux faire jouer les synergies ? “Nous sommes très contents d’être par le biais d’Aigle Azur à Orly, un aéroport qui est également très pratique. Nous travaillons d’ailleurs avec eux à promouvoir cette nouvelle liaison, dont les premiers résultats sont encourageants”, conclut-il.