Covid-19 : cure d’austérité chez Brussels Airlines et easyJet

L’épidémie de coronavirus a poussé Brussels Airlines à revoir son offre à la baisse en Italie. Mais d’autres mesures sont à l’étude, qui témoignent de la fragilité économique du transporteur et globalement du secteur aérien face aux conséquences du Covid-19. easyJet a d'ailleurs également dévoilé des mesures d'austérité vendredi.

Brussels Airlines
A l'image de l'ensemble du secteur aérien, Brussels Airlines subit de plein fouet la chute de la demande liée à l'épidémie de coronavirus

Du point de vue des voyageurs d’affaires, la principale information à retenir du communiqué publié vendredi par Brussels Airlines concerne l’offre de la compagnie sur le marché italien. A compter du 2 mars, le transporteur belge réduit son offre de vol vers le Nord de l’Italie à hauteur de 30%, et ce pendant les deux prochaines semaines, soit jusqu’au 14 mars au moins. Sont concernés les deux aéroports de Milan – Linate et Malpensa, ainsi que Rome, Venise et Bologne. En cause : « la baisse rapide de la demande pour des voyages en Europe ». La direction de la compagnie constate « une tendance générale négative en matière de réservations sur presque tous les marchés européens, mais c’est le nord de l’Italie qui est le plus touché ». Cet ajustement de l’offre italienne pourrait bien ne pas suffire, à en croire les informations communiquées par la compagnie. Celle-ci évoque déjà des mesures d’austérité en interne : « En plus de l’adaptation de son programme de vols suite à la baisse de la demande, la compagnie aérienne belge étudie des mesures économiques, tel que le chômage technique temporaire, et a décidé d’étendre son gel des embauches à l’ensemble de la compagnie », est-il indiqué. La situation de Brussels Airlines est symptomatique d’une fragilité générale du secteur aérien face à l’épidémie. Quelques jours plus tôt, IATA chiffrait en effet à 13% la chute de la demande au niveau mondial. Chez Brussels Airlines, les premières estimations devraient être connues le 19 mars, date à laquelle la compagnie dévoilera les résultats de l’année passée.

Quelques heures après cette annonce de Brussels Airlines, easyJet a également dévoilé des mesures, coupant à la fois dans son réseau italien et dans ses dépenses en interne. « Suite à l’augmentation de cas de COVID-19 dans le nord de l’Italie, nous avons observé un fléchissement de la demande et des taux de remplissage depuis et vers nos bases du nord de l’Italie. Nous constatons également un ralentissement de la demande sur nos autres marchés européens. Par conséquent, nous prenons la décision d’annuler certains vols, en particulier ceux à destination et en provenance de l’Italie, tout en continuant de surveiller la situation et en adaptant notre programme de vols pour répondre à la demande » indique la direction d’easyJet dans un communiqué publié vendredi. En interne, la compagnie aérienne prévoit notamment une réduction budgétaire dans l’administration et les dépenses discrétionnaires, un gel des recrutements, promotions et augmentations de salaires sur l’ensemble du réseau, des congés sans solde et une réallocation des avions pour l’été 2020.