Décideur – Frédéric Gagey, président-directeur général d’Air France

"Nos clients affaires sont plus attentifs que par le passé au rapport qualité de service/prix. Notre montée en gamme les concerne en priorité."

Quels sont les prochains grands chantiers d’Air France ?

Frédéric Gagey – La feuille de route est claire : finaliser le volet pilotes du plan Transform 2015 et négocier, puis déployer Perform 2020 pour toutes les catégories de personnel. En complément du travail sur les coûts et les gains d’efficacité, le groupe a identifié trois grands leviers de croissance : le long-courrier, notamment en renforçant nos partenariats en Asie et en restaurant notre compétitivité, le marché loisirs en Europe sur lequel il faut développer Transavia et le marché de la maintenance.

Qu’attendez-vous du plan Perform 2020 ?

F. G. – Ce plan, qui se déroulera de 2015 à 2020, vise à financer notre croissance. Contre le déclin, c’est le choix de la réforme. Sans entrer dans le détail, je peux vous indiquer qu’en 2017 le long-courrier devra être rentable pour 80 % de ses lignes, et que d’ici là nos produits auront poursuivi leur évolution vers l’excellence. Le moyen-courrier devra être à l’équilibre durant les mois d’été et ne pas perdre plus, le reste de l’année, que ce qu’il apporte au long-courrier. Pour sa part, HOP! Air France a pour ambition d’être le lien privilégié des Français pour se rendre d’une région à l’autre ou d’une région vers l’Europe. Enfin, l’objectif de Transavia France est de devenir un acteur low cost européen incontournable.

Comment évolue le service régional ?

F. G. – Nous avons négocié avec nos pilotes et PNC (NDLR : personnel navigant commercial) basés à Marseille, Nice et Toulouse pour maintenir ces bases de province sur un réseau resserré. Notre démarche commerciale évolue avec l’offre HOP! Air France et des tarifs d’appels très attractifs, de la flexibilité pour nos clients affaires et abonnés… Sur un marché domestique très concurrentiel, où nous avons près de 80 % de parts de marché sur les routes Orly-Province, nous maintiendrons notre empreinte dans toutes les régions, au service des entreprises comme des particuliers. Avec nos hubs de Paris et d’Amsterdam, nous renforcerons les liens entre la province française et le reste du monde.

Quelles nouveautés sont prévues pour la clientèle affaires ?

F. G. – Nos clients affaires sont exigeants, plus attentifs que par le passé au rapport qualité de service/prix. Notre montée en gamme les concerne en priorité. À Bordeaux, nous venons d’ouvrir un salon moderne qui rappelle, par son offre, notre vision du voyage à la Française et notre ancrage régional. Nos clients le plébiscitent. Air France a aussi misé sur l’innovation, en développant des services – AF Connect par exemple – qui bénéficient à tous ceux qui veulent de la flexibilité et de l’efficacité. Notre gamme tarifaire donne accès à des tarifs souples et compétitifs, notre carte d’abonnement reste une valeur sûre avec un prix revu à la baisse. Nous sommes aujourd’hui capables de proposer aux entreprises une offre globale (Air France, KLM, Delta, Alitalia, HOP!), un contrat unique et un seul interlocuteur. Air France pense aux entreprises de toutes les tailles et je veux souligner le grand succès de BlueBiz qui permet aux PME/TPE d’optimiser leur budget voyages.

Votre produit business rivalise-t-il enfin avec les compagnies asiatiques ou du Golfe ?

F. G. – Nous poursuivons le déploiement de nos nouvelles cabines de voyage La Première, Business, Premium Economy et Economy sur notre réseau long-courrier, à bord de nos Boeing B777-200 et Boeing 777-300. Dix-sept destinations sont déjà desservies par les nouvelles cabines BEST d’Air France. Cette montée en gamme est reconnue et récompensée. Le 16 juin, Air France a été distinguée par Skytrax en recevant deux prix : celui de la compagnie s’étant le plus améliorée au monde et celui de la meilleure restauration mondiale offerte dans un salon de première classe. Ce sont près de 20 millions de clients qui s’expriment à travers une telle enquête. Ma réponse est donc oui, nous rivalisons avec les meilleurs, nos clients le disent.

Ses dates clés

Né en 1956 à Vesoul. Diplômé de l’École polytechnique et de l’ENSAE.
Débute sa carrière comme administrateur de l’INSEE, puis entre au ministère de l’Économie en 1987.

1995

Intègre Air France où il occupe différents postes de directeur, du contrôle de gestion et de l’audit aux affaires financières et administratives, de la privatisation et de la communication financière à la direction de la flotte et des achats, en passant par la direction générale, chargé des affaires financières du groupe Air France-KLM.

2012

Nommé directeur général délégué économie et finances.

2013

Devient Pdg d’Air France, à la place d’Alexandre de Juniac qui prend pour sa part le poste de Pdg du groupe Air France-KLM.