Downtown : futur recomposé

Nouvelles boutiques, nouveaux restaurants, nouveaux hôtels… Plus que jamais, le sud de Manhattan redevient “THE place to be”, là où naît une vraie vie de quartier, à deux pas de Ground Zero.

En dix ans, Lower Manhattan a vu sa population résidentielle plus que doubler. Idem pour Battery Park City qui atteint aujourd’hui près de 46 000 habitants. En tout, six nouvelles écoles, publiques et privées, y ont ouvert depuis 2001. “C’est formidable, s’enthousiasme un habitant de longue date du sud de l’île. Surtout quand on se souvient qu’on avait tous dû quitter le quartier à la suite des attaques”. Une vingtaine d’hôtels ont aussi vu le jour, tous résolument trendy. Un Andaz et un Wont été récemment inaugurés, rejoints le 1er février dernier par un Conrad, cinq étoiles du groupe Hilton. Par ailleurs, plus de 550millions de dollars ont été investis pour ajouter de nouveaux parcs et réaménager les rues.

Image preview

La renaissance et la revitalisation du Lower Manhattan resteront un moment marquant de l’histoire américaine”, affirmait le maire de New York, Michael Bloomberg, juste avant la commémoration des dix ans du11 septembre. Évidemment, le sud de Manhattan reste frappé du sceau de ce dramatique événement. 12 000personnes viennent chaque jour se recueillir devant le nouveau 9/11Memorial et ses deux larges bassins situés à l’emplacement des Twin Towers.

Naissance d’une vie de quartier

Ce devoir de mémoire n’a cependant pas d’incidence sur l’émergence d’une vraie vie de quartier. “Depuis l’ouverture de l’Andaz Wall Street, en février 2010, nous avons constaté d’énormes changements. Au coin de la rue, par exemple, un restaurant lancé par l’avant-dernier gagnant du Top Chef américain devrait ouvrir prochainement”, explique Robert Caroll, porte-parole de l’hôtel. Les résidents de cet établissement ne sont pas les seuls à profiter de son bar et de son restaurant. Le soir, les habitants des rues voisines s’y rendent également et peuvent y déguster des produits frais vendus sur le “Farmer’s Market” qui s’installe en face de l’hôtel deux fois par semaine. L’essor de Lower Manhattan devrait encore s’accélérer, puisque le quartier deviendra, dès 2014, un véritable hub avec l’ouverture de la Fulton Street Station, nichée dans un immeuble de verre et d’acier. Le budget pour créer ce nœud urbain où vont se croiser 12 lignes de métro a été estimé à près de 1,5milliard de dollars.

Glamour à la freedom tower

Image preview

Du côté de Ground Zero, le 9/11MemorialMuseumdevrait ouvrir l’an prochain, près du One World Trade Center, plus connu sous le nom de Freedom Tower. Cet immeuble de 541m, soit 1 776 pieds, en référence à l’année de l’indépendance des États-Unis, vient de trouver ses premiers occupants. En mai dernier, le groupe de presse Condé Nast a annoncé qu’il y installerait son siège entre les 20eet 41e étages. Du Glamour et du Vogue vont donc souffler sur ce quartier autrefois tourné vers la finance et au droit plutôt que vers les jolies boutiques. De son côté, l’Alliance for Downtown New York, un groupe de soutien du quartier, a récemment proposé un projet de réorganisation de Water Street, avec pour but d’encourager l’activité commerciale et de créer une zone “pedestrian friendly” d’ici 2020. La mairie de New York, évidemment de la partie, propose déjà des réductions fiscales aux commerçants souhaitant s’installer dans des bâtiments non résidentiels datant d’avant 1975, et espère ainsi engendrer des rénovations. Depuis 2006, des boutiques comme la Maison du Chocolat , Tiffany ou Hermès se sont d’ailleurs installées du côté de WallStreet, entraînant le chic et l’élégance vers le sud de l’île. Life goes on.

Les codes du business sont-ils restés les mêmes ?

Image preview

“Ces dix dernières années, les changements dans la façon de travailler ont été surtout visibles en matière de logistique, moins en termes de codes culturels”, explique John Fellas, avocat pour la firme Hughes, Hubbard & Reed LLP. En effet, depuis 2001, les mesures de sécurité, qui limitent l’accès aux immeubles de bureaux, entraînent une perte de temps particulièrement fastidieuse lorsque l’on organise des réunions.” Revers plutôt agréable de cette médaille sécuritaire, de plus en plus de réunions se tiennent désormais dans des hôtels. Même si aujourd’hui, comme le souligne Mark Knudsen, de Thomas Publishing Company LLC, “les budgets des entreprises autorisent moins de dépenses”. D’un point de vue humain, certains bouleversements ont également eu lieu. “Le gouvernement nous demande de rendre des comptes sur nos clients. Nous ne pouvons plus travailler de façon spontanée, il faut remplir des formulaires administratifs qui rendent la vie plus compliquée, déplore Robert C. Mayer, directeur général de Larkspur Capital Corporation, mais les New-Yorkais sont des gens très ouverts, et nous ne nous laissons pas facilement influencer par ces mesures de suspicion.” D’ailleurs, selon Paul Cronson, second directeur général de Larkspur Capital Corpo ration, “les événements politiques et financiers de ces dix dernières années ont même eu tendance à nous ouvrir sur le monde. Et, même si nous avons dû aiguiser notre sens du risque économique, en tant que New-Yorkais, nous continuons à jouir d’une aura qui nous permet de créer facilement de nouveaux contacts professionnels.” Pour Mary Sharp, productrice et fondatrice de Works & Process, programme de mécénat artistique du musée Guggenheim, “dans une ville où, selon la morale protestante, payer ses impôts reste encore un gage de réussite sociale et financière, les cas d’escroqueries comme ceux de Bernard Madoff ont été un véritable choc. Mais aussi, justement, une sorte d’exception confirmant la règle d’honnêteté.” Pour autant, le New-Yorkais n’est pas devenu frileux en affaires. Bien au contraire. Sa légendaire brusquerie continue à cacher un être chaleureux, prêt à “faire un mile de plus”, selon l’expression américaine, pour aider l’étranger.

Bloc-notes

Restaurants

PLEIN SUD RESTAURANT
La “french brasserie” de l’hôtel Smyth propose des “lunch specials” à 30 dollars, très pratiques pour les repas d’affaires.
85 West Broadway • Tél. : +1 212 204 55 55
Internet : www.pleinsudnyc.com

JERRY’S CAFE
Ce “diner” de Chambers Street, ouvert il y a deux ans, fait une belle cantine business.
90 Chambers Street • Tél. : +1 212 608 17 00
Internet : www.jerryscafenyc.com

IZZY & NATS
Un “deli” pimpant qui sert des produits bio dans le quartier de Battery Park.
311 South End Avenue • Tél. : +1 917 512 67 10
Internet : www.izzyandnatsnyc.com

Hôtels

GILD HALL HOTEL
Il y a comme un air de cabane au Canada dans cet hôtel. On vient s’y réchauffer après le bureau dans une quasi ambiance d’après-ski. Insolite et très Downtown.
15 Gold Street • Tél. : +1 212 232 77 00
Internet : www.thompsonhotels.com

ANDAZ HOTEL
Un hôtel où la simplicité est une forme de sophistication… Les tons mauves, le cuir, les matériaux nobles y sont d’une grande douceur.
75 Wall Street • Tél. : +1 212 590 12 34
Internet : www.andaz.hyatt.com

W NEW YORK DOWTOWN
Pour une vue sur les nouvelles constructions de Ground Zero, c’est au bar-terrasse du W qu’il faut impérativement se rendre.
123 Washington Street (entrée sur Albany Street) • Tél. : + 1 646 826 86 00
Internet : www.starwoodhotels.com/whotels