Downtown Miami

Ce qu’il y a de bien avec Miami, c’est que c’est très près des États- Unis”, ont coutume de plaisanter les Américains. Exagéré, bien sûr, mais pas complètement déplacé. L’air des Tropiques, l’omniprésence des palmiers, la prééminence de l’espagnol : tout cela contribue effectivement à maintenir un certain exotisme. Un particularisme apparemment très attractif puisque Miami a connu au cours des dernières années une véritable ruée sur l’immobilier qui a transformé la ville et son image. Cela est plus vrai encore pour le centre-ville, ce downtown où se concentrait autrefois l’essentiel du “Miami Vice” et son mélange sordide de drogue et de violence. Effacez le cliché jauni des années 80 : les chantiers chic ont échu au milieu des chancres et, l’intégrité architecturale de South Beach limitant les possibilités de construction, c’est bien dans le downtown que l’on a vu se multiplier les mixed-use buildings et autres condominiums solaires qui font désormais la gloire du Miami way of life. Même si la crise immobilière a quelque peu refroidi les ardeurs depuis quelques mois, Miami ressort totalement transformée de la décennie passée. Elle qui vendait ses plages, peut désormais vendre une ville.