Émissions de CO2 : l’Europe met les grands voyageurs à contribution

L'Europe a précisé les contours de son système de lutte contre les émissions de CO2 (ETS), en publiant le 26 septembre les bases chiffrées déterminant l'octroi de quotas aux compagnies aériennes. Dans le même temps, la Commission européenne a autorisé les compagnies à augmenter en conséquence le prix des billets d'avion pour faire face au surcoût engendré.

Le mystère était assez maigre, il est désormais totalement dissipé : le surcoût pour les compagnies lié à la lutte contre les émissions de CO2 pourra être répercuté sur les voyageurs. La Commission Européenne vient en effet d’adopter le 26 septembre une mesure autorisant les compagnies aériennes à augmenter le prix des billets d’avion pour faire face à l’adoption du système d’échange de quotas d’émission de l’UE (ETS) dans le domaine aérien à partir de 2012. Surtout, les différents acteurs du dossier peuvent désormais s’appuyer sur des chiffres concrets, puisque la Commission européenne publie les référentiels qui détermineront l’octroi gratuit de quotas d’émission pour plus de 900 transporteurs. Pour autant, l’Europe se veut rassurante quant à l’impact de la mesure sur le prix des billets, en évoquant « une incidence limitée ». « Sur la base des prix actuels du carbone, le coût réel, par billet, d’un vol transatlantique devrait augmenter de moins de 2 euros, pour autant que la valeur des quotas gratuits ne soit pas répercutée sur les passagers » prévoit le communiqué publié lundi. Et d’ajouter : « Si tel était le cas, l’augmentation pourrait avoisiner les 12 euros». Après les surcharges carburant, c’est donc une nouvelle taxe carbone qui s’apprête à gonfler la facture du voyage d’affaires.