L’espace piéton est-il négligé dans les villes françaises ?

Le "Baromètre des Villes Marchables", issu d’un questionnaire en ligne mené entre décembre 2019 et mars 2021 par le collectif « Place aux Piétons » montre quels sont les bons et mauvais élèves parmi les cités françaises en matière d'accès de leur ville aux adeptes de la marche. Le ressenti des marcheurs est plutôt négatif en général.
Strasbourg est parmi les ùétropoles françaises les plus faciles à appréhender pour les piétons (Photo: Luc Citrinot)

Dans une époque où la voiture est de plus en plus rejetée hors des centres villes pour laisser la place aux mobilités dîtes « douces » et aux piétons, la qualité de l’espace public réservé aux piétons est devenu un véritable motif d’attrait pour le tourisme urbain. De plus en plus de cités vantent de fait leurs politiques envers piétons, vélos et autres solutions mobiles excluant la voiture.

En France, le collectif « Place aux Piétons » a publié son premier baromètre des villes marchables. Et il réserve de nombreuses surprises sur les bons et moins bons élèves dans ce domaine. Globalement, il ressort largement que les villes sont de moins en moins ouvertes aux piétons. Et qu’elles font peu de choses pour y remédier. Surprenant ou pas, le vélo est montré du doigt dans la plupart des réponses. Il existe dans le quotidien un véritable antagonisme entre pistes cyclables et espaces piétons, les premières complexifiant l’accès aux seconds.

Paris est ainsi l’une des villes les plus vilipendées par les marcheurs. Ces derniers sont de plus en plus en conflit avec vélos, trottinettes et autres mobilités non-motorisées.

Huit grandes villes au-dessus de la moyenne

Avec un peu plus de 40 000 réponses, le Baromètre a permis de noter une cinquantaine de villes avec plus de 100 réponses et 150 avec moins de 100 réponses. 75,14% des répondants trouvent que la situation des piétons s’est dégradée au cours des deux dernières années, 69,77% pensent que les aménagements pour le confort des piétons sont rares et 69,12% estiment que les espaces piétons ne sont pas libres d’empiétement et respectés. Ces impressions sont en fait des ressentis et ne correspondent pas nécessairement à la réalité du terrain.

Sur la cinquantaine de villes françaises où le nombre de réponses permet de tirer des conclusions significatives, une seule dépasse la note de 12 sur 20. Il s’agit de Le Rheu, une ville adjacente à Rennes avec seulement 8 000 habitants. Autant dire que ce n’est pas très significatif.

Si on prend en revanche les villes de plus de 100 000 habitants, le trio de tête est Versailles, Annecy et Dijon- toutes les trois ayant une note au dessus de 11 sur 20. Les autres cités atteignant ou dépassant la moyenne sont Angers, Besançon, Grenoble, Rennes et Strasbourg. Les très grandes métropoles affichent des résultats médiocres: Lyon obtient 9,49 sur 20; Paris 8,56 ; Lille 8,19, Toulouse 7,7 et Marseille est dans les fins fonds du classement avec 5,04…

Tableau: classement des villes « marchables » de plus de 100 000 habitants (Source: Baromètre Collectif Place aux Piétons)