Étude Concur-GBTA : la « compliance » à l’épreuve de la facilité

Une nouvelle étude GBTA-Concur dédiée au business travel européen

Concur et GBTA publient une étude européenne menée auprès de 741 voyageurs d’affaires français, allemands et britanniques. Le rapport, intitulé « Booking Behaviour: The Business Traveller’s Perspective », met en lumière le fragile équilibre entre conformité, meilleur prix, et facilité de la réservation.

Un poste à temps plein, à responsabilité moyenne ou élevée, occupé par un homme ou une femme de 35 ans à 54 ans qui effectue en moyenne onze voyages par an, concentrés le plus souvent sur le marché domestique : tel est le portrait-robot du voyageur d’affaires français en 2016, selon la dernière étude réalisée par GBTA et Concur. Le rapport « Booking Behaviour: The Business Traveller’s Perspective », qui s’est également penché sur le profil des professionnels nomades évoluant en Allemagne et au Royaume-Uni, a donc décrypté les habitudes de ces voyageurs d’affaires en termes de réservations. Il en ressort que 60% de ces salariés français et allemands auraient eu recours à des canaux de réservations « alternatifs », –  comprendre « non directement recommandés par l’entreprise » – au cours des 12 derniers mois. La tendance serait d’autant plus marquée outre-Manche, où le taux atteint 64%.
Une expérience de réservation pas assez pratique (53%), des tarifs moins intéressants (40%) ou le manque de disponibilité auprès du fournisseur recommandé motiveraient le plus souvent ces écarts à la politique voyages, à la fameuse « compliance ». Des écarts d’autant plus courants que le voyageur d’affaires est chevronné, à en croire le rapport Concur-GBTA. En effet, 63% des nomades français qui effectuent plus de 6 voyages privilégieraient la réservation en direct auprès du fournisseur, en raison des préférences développées par ces voyageurs fréquents, ou pour faire jouer leurs programmes de fidélisation.
L’étude « Booking Behaviour: The Business Traveller’s Perspective » montre pourtant que les systèmes de réservation conservent un poids certain, tout particulièrement sur le marché français où l’OBT reste le canal de distribution privilégié dans 61% des cas, contre 54% au Royaume-Uni et 49% en Allemagne. Il n’en demeure pas moins qu’un tiers des sondés (33%) traitent directement avec le fournisseur au moins une fois par an. Un état des lieux qui pousse Concur et à réaffirmer la pertinence de son outil TripLink, destiné à récupérer les données de réservations qui échappent à l’entreprise, et par là même à restaurer la visibilité et le contrôle de l’entreprise sur les déplacements professionnels de ses collaborateurs.