Rencontre avec Ève Chaurand, Présidente de la FACCSF

Ève Chaurand, Présidente de la "French American Chamber of Commerce San Francisco" (FACCSF), fait un point sur la destination et la dynamique du SoMa.
EveChaurand
Ève Chaurand, Présidente de la FACCSF (French American Chamber of Commerce San Francisco)

Les entreprises françaises qui réussissent augmentent

Le centre-ville de San Francisco gagne-t-il du terrain sur la Silicon Valley pour les activités high-tech ?

Eve Chaurand – Oui, depuis cinq ans, le phénomène s’accélère. Les entreprises du secteur high-tech se livrent une concurrence féroce pour retenir les meilleurs talents. Ces jeunes employés veulent vivre en ville et éviter de longs trajets quotidiens. Il y a donc une demande de plus en plus forte d’emplois à haute valeur ajoutée dans San Francisco. Ce qu’illustre d’ailleurs la construction de la tour Salesforce qui va changer le panorama business de San Francisco. Dans certaines parties du SoMa, il reste des locaux à rénover, et les start-up peuvent les louer pour les modifier selon leurs besoins. Plusieurs membres de la FACCSF sont installés à SoMa comme Parrot, Upcall ou Capgemini Applied innovation Exchange.

Comment évolue la place des entreprises françaises à San Francisco ?

E. C. – La Chambre de Commerce Franco-Américaine de San Francisco organise chaque année les FABA (French-American Business Awards) qui récompensent les entreprises les plus méritantes. Le nombre d’entreprises innovantes, et qui réussissent, ne cesse d’augmenter. Les Français ont acquis une réputation d’excellence. Elles sont la vitrine du savoir-faire français et grâce à elles les groupes américains décident d’investir en France. On citera Algolia qui vient de lever 53 millions de dollars, et Talend, qui a fait une entrée particulièrement réussie au Nasdaq.

Quels sont les secteurs porteurs pour les entreprises françaises ?

E. C. – Les entreprises françaises sont très présentes dans les secteurs high-tech et le “food and wine”. La gastronomie reste un savoir-faire qui s’exporte bien. On voit aussi se développer un nouveau secteur, celui de l’impact social et des “benefit corporations”. Nous avons d’ailleurs créé cette année la catégorie “Social Impact”, avec des nominés tels 42 Silicon Valley, Alter Eco, Calso Community ou Give us the Floor.