La fin de la flexibilité sur les bas tarifs aériens aux Etats-Unis

La flexibilité sur les tarifs économiques les plus bas pour les billets d'avion des compagnies américaines a vécu avec la reprise du trafic.
L'aéroport d'Atlanta (Photo: Wikimedia Commons)

La reprise du trafic aérien domestique a une conséquence néfaste pour les voyageurs. Depuis le 1er mai, Alaska Airlines, Delta Air Lines et United ne proposent plus de flexibilité totale sur les voyages. Ces trois transporteurs suivent American Airlines qui avait décidé dès avril de restreindre de nouveau les conditions de changement.

L’ensemble de ces compagnies ont de fait rétabli la plupart des restrictions en vigueur sur les tarifs économiques de base. Ainsi, les billets en classe économique sur les tarifications les plus basses ne sont ni modifiables, ni remboursables. Pour le passager, le billet est ainsi de nouveau « impropre à la consommation » s’il n’est pas utilisé.

La flexibilité offerte à tous les types de billet était en fait accordé par les compagnies aériennes pour limiter l’impact du covid sur leur trafic. Elle permettait aussi de prolonger la validité d’un billet souvent devenu inutilisable avec la mise en place de quarantaine. Si le billet n’était pas remboursable, la date de vol était au moins interchangeable. JetBlue est la dernière compagnie à proposer encore une totale flexibilité. Mais la compagnie s’alignera sur les règles en vigueur chez la concurrence, et ce dès le 31 mai prochain.

Les passagers n’ont plus qu’un choix : acheter un billet de classe éco à tarif plus élevé s’ils souhaitent modifier ou amender plus tard leur voyage. Les restrictions s’appliquent aux nouveaux billets. Tout billet acheté durant la période de largesse des compagnies aériennes conservent sa flexibilité.

En revanche, les frais de modification ne sont plus appliqués. À la fin de l’année dernière, United Airlines avait définitivement supprimé la plupart des frais de modification. Toutes les autres grandes compagnies avaient alors suivi.