France : contrôles renforcés pour seize pays européens « sous surveillance »

Face à la recrudescence du virus en Europe, la France impose de nouvelles mesures aux voyageurs non vaccinés arrivant d’une quinzaine de pays européens, dont la Belgique et l’Allemagne.
Europe
La France impose désormais un test de moins de 24 h aux voyageurs non vaccinées en provenance d'une quinzaine de destinations européennes, dont l'Allemagne et la Belgique

Le contexte sanitaire se complique en Europe, et avec lui les réglementations encadrant les déplacements. Alors que l’Allemagne et l’Autriche ont récemment durci les mesures sur leur territoire, la France a pris de nouvelles mesures à l’égard de nombreux pays européens, pourtant classés en « catégorie verte ». « L’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la Bulgarie, l’Estonie, la Grèce, la Hongrie, l’Irlande, la Lettonie, la Lituanie, les Pays-Bas, la République tchèque, la Roumanie, la Croatie, la Slovénie et la Slovaquie sont mises sous surveillance au sein de l’espace européen, avec, pour l’entrée en France depuis ce pays, l’exigence d’un test de moins de 24 h pour les personnes non vaccinées », indique le site du Ministère des Affaires étrangères.

Ces mesures sont entrées en vigueur le 13 novembre, mais devraient épargner certains voyageurs d’affaires. En effet, le Ministère précise que les « déplacements professionnels dont l’urgence ou la fréquence est incompatible avec la réalisation d’un test ou examen de dépistage » sont exemptés, s’ils sont effectués par voie terrestre.

En outre, la liste des pays classés en zone rouge – où l’on constate une « circulation active du virus et la présence de variants préoccupants » – a évolué. Sont désormais concernées  l’Afghanistan, le Brésil, le Costa Rica, Cuba, la Géorgie, la Moldavie, le Monténégro, le Pakistan, la Russie, la Serbie, le Suriname, la Turquie et l’Ukraine. Les voyageurs non vaccinés souhaitant se rendre en France depuis ces pays sont soumis au régime des motifs impérieux. Ils devront aussi présenter un test à l’embarquement, en subir un autre à leur arrivée, et surtout respecter une quarantaine obligatoire de 10 jours.