Décideur : Frédéric Gagey, PDG d’Air France

Après une année consacrée à la présentation des nouvelles classes sur le long-courrier, Air France annonce des changements sur le moyen-courrier. Quelles en sont les grandes lignes ?

Frédéric Gagey – Depuis le salon IFTM qui s’est tenu en septembre 2013 à Paris, Air France a en effet franchi des étapes importantes. Le plan Transform 2015 a été mis en oeuvre sur des volets majeurs tels que l’emploi ou la réduction de la dette et des coûts. En parallèle, Air France a tenu son engagement vis-à-vis de la clientèle en montant significativement en gamme ses cabines long-courriers. Dans le même élan, Air France va faire la même chose sur le moyen-courrier. L’enjeu est clair : cette activité est très concurrentielle et Air France doit fidéliser ses clients en étant à la fois attractive et compétitive. Ainsi, dès avril 2015, nos Airbus A319 et A320 seront progressivement équipés de nouveaux sièges en cuir. La restauration à bord sera améliorée avec, en Business, des repas servis dans de la vaisselle en porcelaine et en Economy un petit-déjeuner revisité, une offre de sandwichs plus variée ainsi qu’un plat chaud proposé sur les vols de plus de deux heures. Ces initiatives seront appuyées par une politique commerciale de conquête, fondée notamment sur une révision de nos gammes tarifaires.

Vous avez déployé au printemps le produit “Siège plus” sur ces lignes moyen-courriers. Cela annonce-t-il le lancement d’autres offres de services additionnels ?

F. G. – L’innovation est toujours au coeur de nos réflexions. J’en veux pour preuve le succès de l’application Air France Presse, disponible depuis peu sur smartphone et qui permet à nos clients de télécharger des quotidiens ou des magazines sur leurs tablettes avant leur voyage. L’option “Siège plus” est également très appréciée. Au-delà, je peux vous confirmer que nous avons bien d’autres idées pour améliorer l’expérience client à bord de nos avions…

Sur ces mêmes lignes, comment comptez-vous réorienter les synergies entre Hop ! et Air France ?

F. G. – Sur le marché Business et VFR – Visit Friends and Relatives –, un projet d’évolution de l’organisation d’Air France et de Hop ! a été annoncé, dont la responsabilité a été confiée à Lionel Guérin. Il permettra de clarifier le périmètre de chacune des marques, de rapprocher les fonctions clés dans la définition de l’offre et de l’expérience client tout en facilitant le pilotage économique global de l’activité pour continuer à retrouver une structure de coûts compétitive. Il sera présenté aux instances représentatives du personnel d’ici fin octobre 2014. Je tiens à préciser d’ores et déjà que la mise en place de cette nouvelle structure ne nécessitera aucun transfert de personnel, que ce soit en escale ou à bord des vols Hop ! ou Air France. Ni de transfert d’appareils ou de contrats de travail d’ailleurs.

Un mot sur le long-courrier : où en êtes-vous dans le déploiement des nouvelles cabines ?

F. G. – Avant toute chose, je tiens à vous dire que nos clients sont extrêmement satisfaits des choix que nous avons faits. C’est essentiel, car nous parlons d’un milliard d’euros investis par le groupe Air France-KLM. Le nouveau siège Business, par exemple, fait l’unanimité. Je veux ajouter que nos personnels navigants commerciaux sont pleinement engagés dans la démarche d’une relation attentionnée avec chaque passager : le confort ne se limite pas aux sièges et le rôle des hôtesses et des stewards est prépondérant. Depuis juin 2014, les clients découvrent nos nouvelles cabines Economy, Premium Economy et Business sur un vol quotidien entre Paris et New York, opéré en B777. Dans quelques jours, ils pourront apprécier le confort exceptionnel de la nouvelle suite La Première si leur voyage les mène à Singapour ou à Jakarta. Puis d’autres destinations seront desservies par nos 44 Boeing 777, coeur de la flotte long-courrier d’Air France, et qui seront progressivement équipés des nouveaux sièges d’ici à 2016.

Frédéric Gagey

Né à Vesoul en 1956.

Diplômé de l’Ecole Polytechnique et de l’ENSAE ; titulaire d’un master d’économie de l’Université de Paris I.

1994

Après un passage par l’INSEE, puis l’Inspection générale des finances, Frédéric Gagey intègre le monde de l’aérien en devenant directeur du contrôle de gestion à Air Inter, puis directeur chargé de la privatisation et de la communication financière d’Air France.

1999

Directeur financier d’Air France.

2012

Directeur général délégué économie et finance d’Air France.

Juillet 2013

Président – directeur général d’Air France.