Malgré la grève, taxis et VTC sont restés « sages »

A en croire les données traitées par Expensya, les taxis et les VTC n’ont pas profité de l’effet "grève" du 5 décembre pour faire flamber les prix.

VTC
La grève du 5 décembre n'a pas entraîné de flambée des prix chez les taxis et VTC d'après Expensya

C’était l’une des principales requêtes de Jean-Baptiste Djebbari en amont de la grève du 5 décembre. Dans son discours de présentation du plan de transport, le secrétaire d’Etat en charge des Transports avait indiqué mercredi avoir « demandé aux VTC de limiter la hausse des tarifs appliqués à leurs courses, ce qu’ils ont accepté ». Les promesses n’engageant que ceux qui y croient, on pouvait raisonnablement douter de cette générosité. Après tout, l’algorithme est roi, et examine froidement le rapport de l’offre à la demande. D’ailleurs, lors de la précédente journée de mobilisation du 13 septembre, le prix moyen d’un trajet en VTC avait bondi, jusqu’à 60% à Paris. Et pourtant… D’après les chiffres communiqués par Expensya, les acteurs de la mobilité urbaine sont restés très raisonnables le 5 décembre. « Aucune variation significative sur le prix des courses n’a été enregistrée, notamment pour les VTC », assurent les responsables de la solution de gestion des notes de frais. « Cette grève n’a pas eu de répercussions sur le prix. Néanmoins, le volume de courses à moins de 10 euros est légèrement au-dessus des standards habituels de 40% », ajoutent les responsables d’Expensya, en se basant sur le traitement en temps réel de dizaines de milliers de notes de frais, quotidiennement.