A Hong Kong, le pont HZMB redéfinit les courants d’affaires et fluidifie les accès pour les voyageurs d’affaires

Pour la première fois de son histoire, Hong Kong est désormais relié par voie terrestre à Macao et au-delà à toute la province de Guangzhou. Véritable prouesse technologique, cette infrastructure va changer les mouvements entre les trois entités et consacre l’île de Lantau comme plaque tournante du business. Les voyages d’affaires y gagnent en fluidité.

HZMB
Le pont HZMB, inauguré le 24 octobre

Avec une longueur de 55 km, le pont « HZMB » – pour (« Hong Kong-Zhuhai-Macao Bridge ») qui désormais relie physiquement par la voie terrestre Hong Kong à Zhuhai et Macao est un hymne à la puissance économique mondiale qu’est devenue la Chine, témoignant de sa capacité à innover. Le pont a coûté la bagatelle de 15,4 milliards de dollars. Initialement prévu pour ouvrir au public en 2016, son inauguration a été de fait retardée de deux ans après plusieurs problèmes techniques. Les travaux avaient démarré en 2009.

La nouvelle structure permet de relier en une heure de temps les trois villes de Hong Kong, Zhuhai – la ville satellite chinoise en face de Macao – et l’ancien territoire portugais. Le pont débute en fait de l’île de Lantau, à proximité immédiate de l’aéroport international de Hong Kong, ce qui contribuera à renforcer encore la zone d’attraction du hub de Cathay Pacific et de l’alliance Oneworld.

Le pont HZMB est découpé en plusieurs morceaux : l’ouvrage central, lorsqu’il quitte Macao et Zhuhai, comprend un pont de 29,6 km avec tout d’abord une île artificielle. Cette dernière sert de point de contrôle et d’immigration pour la Chine et Macao. Le pont continue ensuite pour atteindre une seconde île artificielle et se mue en un tunnel de 6,7 km avant de ré-émerger en surface sur un troisième îlot artificiel et atteindre la frontière physique de Hong Kong. Une autoroute emmène ensuite les véhicules vers l’aéroport de Hong Kong avec un embranchement vers le reste du réseau routier de l’ancienne métropole britannique.

Économiquement, ce méga-pont HZMB va intégrer encore davantage les deux régions administratives spéciales de Hong Kong et Macao et de la province de Guangdong, permettant au Sud de la Chine de se rêver comme un pendant asiatique à la Baie de San Francisco et de sa Silicon Valley. Le pont permet pratiquement de fusionner un total de neuf villes en Chine, dont la grande métropole de Shenzhen.

Le pont fait partie d’une série de grands travaux structurant visant à ancrer encore davantage Hong Kong au reste de la Chine. Les autres projets transfrontaliers comprennent la toute nouvelle liaison ferroviaire à grande vitesse Guangzhou-Shenzhen-Hong Kong, le pont, une troisième piste pour l’aéroport international de Hong Kong ainsi qu’un nouveau poste frontière Liantang-Heung Yuen Wai, qui ouvrira au début de l’année prochaine.
Le gouvernement estime que le pont devrait être utilisé par 9000 à 14000 véhicules par jour et va surtout contribuer à fortement baisser les coûts de transport de fret entre Chine Populaire et les deux régions spéciales de Hong Kong et Macao. Selon l’association des entreprises de fret de Hong Kong, un convoi coûtera en moyenne un tiers de moins par la route qu’en bateau.

Afin de stimuler le trafic entre les trois villes via le super-pont, les autorités chinoises ont décidé d’appliquer des tarifs particulièrement attractifs : douze dollars en moyenne pour un véhicule privé, y compris les taxis, et 15 à 20 dollars pour les navettes affectées au passage du pont ainsi qu’aux autocars.

Lors du premier jour d’ouverture officiel, le 24 octobre, les autorités du Hong Kong-Zhuhai-Macau Bridge ont comptabilisé 2 300 voyages de véhicules, dont 1 300 à destination de Zhuhai et Macao. Sur le total, seuls 31 véhicules transportaient du fret. Au total près de 23 000 personnes auront voyagé durant cette première journée.

Lantau, nouveau centre économique de Hong Kong

Pour les milieux d’affaires, la création d’un lien physique entre Hong Kong, Macao et la Chine Populaire devrait surtout contribuer à faire émerger à Hong Kong de nouveaux centres décisionnels. C’est probablement l’île de Lantau qui va le plus profiter de cette nouvelle configuration physique dans la région. Cette île à l’ouest de Hong Kong était déjà en plein boom depuis l’ouverture du nouvel aéroport ainsi que du nouveau port de Hong Kong. Disneyland ainsi que le centre des expositions de Hong Kong sont également situés à Lantau.

L’arrivée du pont à proximité fait de Lantau le nouveau centre logistique de toute l’ancienne colonie britannique. De Zhuhai en Chine populaire, l’aéroport et Lantau ne sont plus qu’à 45 minutes de route contre quatre heures auparavant. Lantau est elle-même à 30 minutes de Hong Kong par train, notamment depuis l’ouverture d’une nouvelle liaison ferroviaire vers Sha Tin-Central. L’île est d’ailleurs considérée comme le troisième centre d’affaires de la métropole, une position qui va encore se renforcer à l’avenir, le gouvernement envisageant de gagner des terres sur la mer à l’est de l’île, ce qui éventuellement permettra de ne faire plus qu’un seul territoire avec l’île de Hong Kong.

Lantau est de fait également plus proche de la Chine Continentale et de Macao avec l’avantage d’effectuer toutes les formalités frontalières en amont, avant l’entrée officielle en Chine Populaire. Le lancement de la ligne TGV entre Hong Kong et Shenzhen a également contribué à simplifier les formalités de passage des frontières, puisque les voyageurs peuvent pour la première fois passer les contrôles d’immigration de la Chine Populaire directement sur le territoire de l’ex-colonie britannique. Ce qui rapproche toujours plus Hong Kong de la mère patrie.

Enfin, pour le voyageur d’affaires Lantau offre finalement l’avantage d’offrir un hébergement meilleur marché qu’en ville. On trouve en effet des chambres dans toutes les catégories d’établissement dans une fourchette de 100€ à 250 € en moyenne contre une fourchette de 170€ à 500€ sur Central ou Kowloon.