Hôtellerie et patrimoine : dans la cour des grands

L’hôtellerie de luxe parisienne rejoue pour une clientèle d’happy few les grandes heures de l’histoire de France, à commencer par le temps de Louis XIII avec un hôtel de 12 chambres et suites aux fenêtres donnant sur la sublime place des Vosges.

Guillaume de Laubier
L'hôtel Cour des Vosges (Guillaume de Laubier)

Après le Nolinski avenue de l’Opéra, le Brach près du Trocadéro et plus récemment le Sinner dans le Marais, le groupe Evok investit l’ancien hôtel de Montbrun, dont il mâtine ces murs classés du XVIIe d’une touche de design années 1970. Entre hauts plafonds, poutres peintes et sols en terre cuite d’époque, les architectes Lecoadic & Scotto ont intégré des tables en inox, des lampes candélabres ; allant jusqu’à revisiter le lit à baldaquin, paré d’acier gris métallisé. Noblesse oblige, la Cour des Vosges offre des services de haut rang avec maîtresse de maison et majordome.

Cet art de conjuguer le passé au présent prend aussi des allures Grand Siècle avec un hôtel d’exception au sein même du château de Versailles. Annoncé en 2016, Le Grand Contrôle, projet conduit par une association prestigieuse entre la marque hôtelière Airelles et le chef multi-étoilés Alain Ducasse, ouvrira officiellement ses portes au printemps prochain. Fruit de la réhabilitation de trois bâtiments des XVIIe et XVIIIe siècles supervisée par l’architecte-décorateur Christophe Tollemer et l’architecte en chef des Monuments historiques, Pierre Bortolussi, le futur écrin propose 14 chambres et suites, un restaurant gastronomique et un spa. Un pied-à-terre royal en somme.