Singapour : près de 1500 chambres supplémentaires en 2019

Un récent rapport d’Horwath HTL analyse l’évolution de l’hôtellerie à Singapour. Le prix moyen devrait de nouveau s’afficher en baisse alors que près de 1500 chambres seront mises sur le marché.

Singapour
D’ici 2023, Horwath HTL prédit l’addition de 1475 chambres à Singapour

2018 s’est traduit par quelques bonnes nouvelles pour l’hôtellerie à Singapour. Après que le prix moyen d’une nuitée a atteint un pic de 244 S$ en 2012, le tarifs a chuté à 216 S$ en 2017. Un résultat lié à une offre plus importante que la demande, un changement de clientèle à Singapour – les arrivées plus nombreuses en provenance de pays en voie de développement se traduisent par une baisse des dépenses hôtelières – et enfin un plus grand nombre d’hébergements moyen de gamme.

Entre 2009 et 2018, la demande s’est en effet accrue de 74,6% alors que l’offre s’accroissait dans le même temps de 85,5%. La divergence entre offre et demande s’est même accélérée entre 2014 et 2017 constate le rapport, qui parle donc d’une spirale à la baisse des prix des nuitées. L’économie de partage aura également joué un rôle, même s’il est considéré comme faible puisque les acteurs comme Airbnb sont très strictement encadres dans la métropole.

Pourtant 2018 a marqué un tournant : le prix moyen d’une nuitée s’est redressé, atteignant 219 S$. La recette unitaire par chambre disponible a fortement progressé pour les hôtels de luxe et de classe économique, avec une hausse respective de +6% et +5%, les hôtels de première classe (4 étoiles) et moyen de gamme enregistrant pour leur part une hausse de 3%. Ce bon résultat est également dû à un ralentissement des ouvertures de nouveaux hôtels.

En 2017, Horwath HTL avait comptabilisé l’arrivée de 800 chambres sur le marché singapourien, notamment avec le Sofitel Singapore City Centre, l’Intercontinental Robertson Quay et Andaz Singapore. L’an passé, le segment luxe aura connu l’ouverture de seulement trois hôtels offrant 344 chambres au total, le Six Senses Duxton, le Six Senses Maxwell et le très luxueux Capitol Kempinski.

Priorité à l’ile de Sentosa

Mais l’hôtellerie Singapourienne devrait en 2019 renouer avec une forte croissance de son parc (1479 chambres prévues), se traduisant vraisemblablement par une modération de la croissance des prix. Horwath estime que sur le long terme, le revenu par chambre devrait progresser de 4 à 5%.

A la différence du passé récent, les nouveaux établissements sont situés hors du centre-ville historique ou financier. Sur la seule île de Sentosa par exemple, trois hôtels – Sentosa, the Barracks et the Outpost – seront inaugurés, représentant 839 chambres et entraînant un bond de 25% des capacités hôtelières de l’île. Sentosa, longtemps considérée comme une destination uniquement loisirs, est en cours de développement pour en faire un pôle d’activités MICE avec ses nombreux hôtels.

L’ouverture très attendue du Dusit Thani Laguna mettra en lumière une nouvelle destination de la cité Etat, le Laguna National Golf & Country, notamment pour les groupes incentive et les visiteurs du centre des expositions.

Le golf est situé à seulement 10 minutes en voiture de l’aéroport international de Changi et à une quinzaine de minutes du centre-ville. Il s’agira du premier établissement de la chaîne thaïlandaise à Singapour. Son ouverture est prévue pour le troisième trimestre 2019. Le Dusit Thani comprendra 198 chambres et suites.

Autre grand événement, la réouverture de l’icône de l’hôtellerie singapourienne, le fameux Raffles, tombé dans l’escarcelle du groupe Accor. Il rouvrira en août et devrait retrouver toute la splendeur de ses origines comme le promet le groupe.

D’ici 2023, Horwath HTL prédit l’addition de 1475 chambres supplémentaires dans la métropole avec notamment l’arrivée d’un nouveau Banyan Tree.

Feu vert à l’ouverture de l’aéroport de Seletar

Une dispute entre la Malaisie et Singapour sur les droits de survol de la zone portuaire de Johor Bahru (Malaisie) pour les avions souhaitant atterrir sur l’aéroport rénové de Seletar, s’était traduite par l’annulation pure et simple de tous les vols vers cette plate-forme, notamment depuis Kuala Lumpur. Le transporteur low-cost malaisien Firefly, filiale de Malaysia Airlines, va ainsi reprendre ses vols à destination de Singapour dès le 21 avril. La compagnie dessert outre Kuala Lumpur les villes de Kuantan et Ipoh.

Une autre compagnie de Malaisie, Malindo Air, devrait également demander les droits de trafic pour Seletar, la compagnie ayant été bloquée sur sa demande de vols supplémentaires entre Kuala Lumpur et Singapour, en raison de l’absence de créneaux horaires. La plate-forme se trouve à 15 km au nord du centre-ville de Singapour et pourrait aussi attirer rapidement des investisseurs hôteliers.