ICCA sonde les marchés britannique et irlandais

Le chapitre Royaume-Uni et Irlande de l’ICCA vient de publier une enquête menée auprès de ses membres quant à leurs nouvelles habitudes de travail.

BTS Londres
D'après le sondage ICCA, seuls 6% des professionnels du meeting & events attendent un retour à la normale dans les six prochains mois

Malgré la réouverture progressive des frontières, le marché des meetings & events est dans l’expectative et les professionnels outre-Manche ne font pas exception. ICCA (International Congress and Convention Association) a ainsi décidé d’interroger une petite centaine de ses membres au Royaume-Uni et en Irlande. Objectif : connaître l’état d’esprit de ces professionnels, et leur vision de l’avenir. Sans surprise, l’activité tourne encore au ralenti. Une large majorité des sondés (64 %) évoquant des volumes de commercialisation et de demandes d’information inférieure à la moitié de l’activité normale. Dans 11% des cas, le volume n’atteint même pas le quart de l’activité habituelle. Les professionnels britanniques et irlandais s’attendent en outre à devoir faire preuve de patience : seuls 6% d’entre eux s’attendent à un retour à la normale dans les six prochains mois. Les trois quarts des sondés (76%) estiment qu’il faudra patienter plus d’un an.

Quant aux nouvelles habitudes de travail développées avec la crise sanitaire, elles semblent désormais entrées dans les mœurs. Ainsi, 90% des sondés s’attendent à ce que le travail flexible fasse partie de leur avenir. Une bonne nouvelle a priori, dans la mesure où la majorité d’entre eux (52%) se dit très favorable au télétravail, contre 10% de rejet.

« Bien que [les sondages] comportent des statistiques décevantes, il y a encore de la place pour l’optimisme, car nous travaillons ensemble pour faire en sorte que l’industrie des réunions au Royaume-Uni et en Irlande sorte de la pandémie COVID-19 plus forte que jamais », souligne la présidente du chapitre ICCA Royaume-Uni et Irlande, Diane Waldron.