Inde : les prix de l’aérien s’envolent depuis que Jet Airways est cloué au sol

C’était une conséquence prévisible de l’immobilisation de la compagnie indienne Jet Airways. Les prix de l’aérien vers et à destination de l’Inde ainsi que sur les lignes intérieures s’envolent. Et malheureusement pour les voyageurs d’affaires, il faudra du temps pour retrouver une offre de vols adéquate capable de faire baisser les tarifs…

Jet Airways
Les difficultés rencontrées par Jet Airways ont tiré les prix à la hausse

La disparition de la compagnie AirBerlin fin 2017 avait été rapidement compensée par la montée en puissance d’easyJet, Eurowings et autres. En Inde, deux mois après l’immobilisation des 120 avions de Jet Airways, aucune compagnie aérienne n’a pour l’instant réussi à atténuer les effets de cette disparition – ne serait-ce que partiellement.

Jet Airways était de fait le plus important acteur pour le transport de passagers internationaux en Inde. Sa part de marché dans le trafic entre l’Inde et le reste du monde atteignait 18% au début de l’année 2018, part qui s’est érodée durant toute l’année dernière pour finir début 2019 à 13,5%. Le transporteur offrait 641 vols quotidiens début 2018. En janvier 2019, ce nombre était encore de 556 vols par jour avant de terminer fin mars à 180 fréquences.

Il n’y a pratiquement aucun espoir de voir Jet Airways reprendre du service. Deux investisseurs – dont de nouveau Etihad Airways – ont définitivement renoncé, face à l’énorme passif de dettes…

Les tarifs aériens s’envolent, donc. D’autant que seule Air India reste en lice comme compagnie indienne sur des lignes internationales. Selon le portail de voyage indien MakeMyTrip Ltd, les tarifs au départ de l’Inde vers Dubaï, Londres, New York, Singapour et Bali ont augmenté de 4% à 32% au premier trimestre 2019 par rapport à l’année précédente. En mai et en juin, en raison d’une forte demande, les prix sur Londres ou les Etats-Unis ont bondi, les premiers de plus de 35% et les seconds de plus de 20% selon les données de l’agence de voyages en ligne Yatra.com. Sur les lignes intérieures, les prix font également la culbute avec une hausse moyenne de 20%.

Cette situation devrait malheureusement perdurer jusqu’à l’automne. Delta Air Lines va lancer un Bombay-New York en octobre, Virgin Atlantic se positionnera à la même date sur Londres-Bombay tandis qu’Air France et KLM ont décidé d’augmenter leurs capacités vers l’Inde de 25% pour la prochaine saison hiver avec notamment l’ouverture par KLM d’un Amsterdam-Bangalore – autrefois desservi par Jet Airways.

Les compagnies du Golfe sont dans les starting-blocks pour augmenter leurs dessertes. Mais elles se heurtent au gel des capacités aériennes sur le Moyen-Orient, décidé par le gouvernement Modi. Maintenant que les élections indiennes sont passées, le gouvernement pourrait se montrer plus flexible.

Autre espoir : la livraison l’an prochain à la compagnie Vistara – en joint-venture entre le conglomérat industriel et financier Tata Sons et Singapore Airlines – de six Boeing 787 long-courrier. Ils devraient desservir au moins une à deux villes en Europe.

Christian Scherer, Chief Commercial Officer d’Airbus, estimait pour sa part durant l’assemblée générale de IATA que la capacité laissée par Jet devrait être remplacée par des avions mono-couloir du type A321neo avec un long rayon d’action. « Une compagnie comme la low-cost IndiGo pourrait ainsi lancer des vols sans escale vers l’Europe sans prendre la décision coûteuse et plus risquée d’intégrer dans sa flotte des avions gros porteurs », expliquait-il à des journalistes.