Interview : Alexandra Vernière, directrice de la branche Canton de Sermag Hong Kong Co, Ltd

«Produire en Chine, c’est avant tout développer des activités connexes et, par conséquent, de la valeur ajoutée.»

Quel est le profil de votre entreprise ?

Alexandra Vernière – Sermag a été créé il y a huit ans, mais j’ai repris la société en 2008 avec deux partenaires français. Nous nous centrons sur trois types d’activités : le contrôle de qualité pour l’ameublement (l’entreprise ayant été fondée par un ébéniste), l’aménagement de vitrines, notamment pour de grands groupes étrangers comme Max Mara ou Guess, et l’aide aux PME.

Comment aidez-vous les PME souhaitant s’implanter en Chine ?

A. V. – Surtout par une très bonne connaissance de la production locale. Mais contrairement à ce qu’on pourrait croire, ce que nous leur proposons, ce n’est pas exactement de la délocalisation… plutôt de la diversification d’activités. Produire en Chine, c’est avant tout développer des activités connexes et, par conséquent, de la valeur ajoutée. C’est aussi se concentrer sur un nouveau marché, avec des demandes et des besoins autres que ceux du marché européen.

Aidez-vous également les entreprises chinoises à s’implanter en France ?

A. V. – Cet aspect de notre activité est en développement, le nombre d’entreprises chinoises cherchant à s’internationaliser étant en constante augmentation. Et les rapports commerciaux entre la France et la Chine sont intéressants. Par exemple, nous aidons actuellement une entreprise chinoise qui fabrique des tables basses à les vendre en France. Cette entreprise souhaite maintenant produire en France des articles plus haut de gamme, mais qu’elle vendrait en Chine.