Interview : Alexandre de Juniac, président-directeur général d’Air France

Alexandre de Juniac, président-directeur général d’Air France, fait un point sur le plan Transform 2015 et ses implications pour la clientèle affaires, ainsi que sur les principales orientations de la compagnie en termes de confort en vol et de services au sol.

En quelques mots : pourquoi votre plan de modernisation Transform 2015 ?

Alexandre de Juniac – Pour permettre à Air France de regagner sa compétitivité, mais aussi de repositionner son offre au meilleur niveau mondial. Cela passe par une révision de notre organisation et de nos modes de fonctionnement afin de réduire nos coûts et d’améliorer notre efficacité. Parallèlement, nous avons aussi fait le choix de maintenir nos investissements, et même de les intensifier dans deux domaines essentiels : la sécurité des vols et l’amélioration des produits et services. Conditionné à la réussite de Transform 2015, le plan d’investissement d’Air France pour assurer sa montée en gamme est colossal, de plusieurs centaines de millions d’euros sur trois ans. En investissant pour nos clients, c’est un cercle vertueux que nous cherchons à établir. Nos efforts d’aujourd’hui nous permettront de gagner la préférence des clients et de retrouver le chemin de la croissance.

Quelle place donnez-vous au voyageur d’affaires dans ce plan de transformation ?
A.d.J. – Une place tout à fait centrale. Les “classes avant” représentent près d’un quart de nos passagers, mais plus d’un tiers du chiffre d’affaires des vols long-courriers. Le voyage d’affaires s’inscrit donc au coeur de notre stratégie. L’une de mes préoccupations pour redevenir une référence mondiale auprès de la clientèle affaires est la montée en gamme de notre offre sur les moyen et long-courriers. Sur le long-courrier, nous préparons l’arrivée dès fin 2013 d’une nouvelle génération de fauteuils qui équipera les cabines La Première et Affaires de nos Airbus 380 et Boeing 777. Nous franchirons alors une étape décisive en termes de confort, d’espace et d’intimité offerts à nos clients qui nous apportera une longueur d’avance par rapport à nos concurrents.
Les voyageurs d’affaires peuvent-ils s’attendre à d’autres changements ?
A.d.J. – Nous souhaitons renforcer la relation avec nos clients en créant avec eux de véritables moments privilégiés. Nous voulons faire du service à bord un élément marquant de notre cabine Affaires et créer dans l’esprit des clients une empreinte particulière de la marque Air France. La compagnie s’est inspirée de grandes enseignes haut de gamme. De ce travail est né un ensemble de gestes, de mots et d’attentions, et la satisfaction des clients est au rendez-vous. Un exemple : la restauration. En cabine Affaires, des plats signés par de grands chefs français sont proposés sur les vols long-courriers au départ de Paris. Après Joël Robuchon, Guy Martin signe depuis le 1er juin des plats exclusifs pour les clients Affaires. Autre nouveauté depuis cet été, une offre de cinq menus “à la carte” est proposée dans les cabines Premium Voyageur et Voyageur sur la plupart des vols long-courriers au départ de Paris en alternative au menu du jour, celui-ci restant bien sûr gratuit. Ces menus à la carte rencontrent un vrai succès !
Et pour les services au sol ?
A.d.J. – C’est un élément majeur de la satisfaction de nos passagers et la bataille entre compagnies se joue plus que jamais sur cette partie du voyage. Le 28 juin dernier, nous avons inauguré avec Aéroports de Paris un nouveau satellite d’embarquement au terminal 2E de Paris-CDG. Air France y a ouvert le plus vaste salon affaires de son réseau, offrant le meilleur de l’art de vivre à la française et des innovations technologiques. Autre nouveauté : pour leurs meilleurs clients, Air France et SkyTeam ont mis en place SkyPriority, un service au sol harmonisé offrant un parcours prioritaire dans le monde entier. À l’horizon de 2013, ce service sera disponible dans plus de 1 000 aéroports.
Les dates clés
Diplomé de l’Ecole Polytechnique de Paris (1981) et de l’ENA (1988).
1988 : Auditeur, puis maître des requêtes et secrétaire général adjoint du Conseil d’État.
1993 : Conseiller technique, puis directeur adjoint du cabinet de Nicolas Sarkozy au ministère du Budget.
1995 : Directeur du plan et du développement chez Thomson SA.
1999 : Secrétaire général de Thomson-CSF, puis directeur général adjoint de Thales chargé de la division Systèmes Aériens.
2008 : Directeur général Asie, Afrique, Moyen- Orient et Amérique latine de Thales.
2009 : Directeur de cabinet de Christine Lagarde, ministre de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi.
2011 : Président-Directeur général d’Air France.