Interview : Anne Dugenetay, Directrice Ventes & Marketing, Peninsula Paris

Récemment nommée Directrice Ventes & Marketing de l'Hôtel The Peninsula Paris, Anne Dugenetay fait un point sur l'actualité et les atouts du palace parisien.

Peninsula
Anne Dugenetay, Directrice Ventes & Marketing de l'Hôtel The Peninsula Paris

Dixième établissement de la marque, le Peninsula Paris célébrera ses cinq ans en août prochain. Comment ce palace se positionne-t-il sur la scène hôtelière parisienne ?

Anne Dugenetay – L’hôtel a trouvé sa place dans l’hôtellerie de luxe, même si ses débuts ont été contrarié par les attentats qui ont touché Paris en 2015. Quand on vend un palace, on vend la marque Peninsula, mais aussi la France, Paris, les VIIIe et XVIe arrondissements. Le contexte était difficile puisque nous avons ouvert en août 2014. L’activité est repartie et nous avons ressenti un vrai engouement pour la destination en 2018. L’année a été excellente jusqu’au tournant de décembre. Les samedis agités que connaît la capitale ne favorisent pas la venue de la clientèle week-end et shopping. Cet effet continue toujours et profite à d’autres destinations comme Londres. Il y a un flux naturel entre les deux villes. Travaillant à Londres jusqu’en décembre, j’ai d’ailleurs pu constater le fort engouement pour Paris l’année dernière.

Peninsula ouvrira prochainement un hôtel dans la capitale britannique. Où en est ce projet ?

Anne Dugenetay – Il est toujours difficile de donner une date précise les travaux, mais il n’ouvrira pas avant 2021, c’est une certitude. Autre chose certaine, ce sera un lieu exceptionnel, donnant sur Hyde Park et qui réservera de très belles surprises aux voyageurs sans qu’on puisse en dire plus aujourd’hui.

Revenons au Peninsula Paris. Quelles sont ses atouts face à une concurrence de plus en plus forte avec la rénovation de nombreux palaces comme le Ritz ou le Crillon ou la réouverture récente du Lutetia ?

Anne Dugenetay – Ce qui nous différencie, c’est un service vraiment exceptionnel, avec un personnel en grand nombre aux petits soins des voyageurs. Le client peut le ressentir dès son arrivée à l’hôtel, à la façon fluide de l’accueillir et de le conduire jusqu’à sa chambre. Les chambres et suites, avec leur taille commençant à 35 m, se démarquent également. Tout y est digital et intuitif. Le Peninsula se distingue par ses quatre suites en rooftop avec jardin privé, mais aussi son spa, un des plus grands de Paris avec une piscine de 20 m, un lieu à la fois discret et unique, ou encore son garage privé, l’ascenseur qui conduit directement les clients dans leurs suites VIP, des vitres bullet proof pour les délégations.

Que représente la clientèle affaires dans votre hôtel ?

Anne Dugenetay – La semaine, c’est une part importante de notre clientèle, avec des voyageurs individuels, des comités de direction et, aussi, des incentives très haut de gamme. Le tout s’ajoutant aux célébrités qui fréquentent régulièrement notre hôtel ou notre implication dans les grands événements parisiens comme la Fashion Week. A cette occasion, nous proposions dans le lobby une Tour Eiffel en valises Vuitton. Nous allons accroître ce type de partenariat avec les grandes marques de luxe françaises.

Ce qui fait du Peninsula un lieu de rencontres très chic pour la clientèle locale…

Anne Dugenetay – Nous avons su apprivoiser la clientèle parisienne. La restauration proposée par le Peninsula a dès ses débuts connu un gros succès, notamment le brunch du dimanche proposé dans le lobby. L’hôtel permet un vrai voyage avec le restaurant cantonais Lili, dirigé depuis peu par un nouveau chef venu du Peninsula Tokyo. Et puis il y a l’Oiseau Blanc, son évocation des débuts de l’aviation, la vue sublime sur les toits de Paris, la carte composée par le chef et meilleur ouvrier de France Christophe Raoux. Un lieu magique et romantique.