Interview : Jean-Claude Terrier, directeur général du Grand Port maritime de Marseille

«Pour l’avenir, nous sommes prudents mais confiants, car tous nos projets de développement ont été confirmés»

Comment le Grand Port maritime de Marseille entend-il continuer à se distinguer au niveau mondial ?

Jean-Claude Terrier – En diversifiant les produits réceptionnés. Au pétrole brut, nous ajoutons les produits pétroliers raffinés, les biocarburants et surtout le gaz naturel liquéfié avec un terminal actuellement en phase de démarrage et un futur en cours d’instruction.

Concrètement, qu’apporteront les deux nouveaux terminaux de Fos 2XL ?

J.-C. T. – Grâce à ces deux terminaux, le port de Marseille Fos renforce son offre en matière de conteneurs. En confiant leur exploitation aux deuxième et troisième armateurs mondiaux, nous assurons le développement de nos trafics et une offre de services adaptée à la demande internationale.

Malgré la crise et une baisse du trafic portuaire en 2009, les perspectives pour l’avenir restent-elles optimistes ?

J.-C. T. – Le pétrole et les vracs solides (charbon et ciments) ont été les activités les plus affectées par la crise. Le conteneur a bien résisté en 2009. Le premier trimestre 2010 se caractérise par la forte reprise de la sidérurgie tandis que le conteneur poursuit sa progression à deux chiffres. Pour l’avenir, nous sommes donc prudents mais confiants, car tous nos projets de développement ont été confirmés. Par ailleurs, ce sont la fiabilité technique et sociale, la fluidité du passage et les liaisons avec l’hinterland qui permettront à Marseille Fos d’être à la hauteur de son exceptionnelle localisation.