Interview : Paul Colombani, directeur général adjoint d’Euroméditerranée

«Aujourd’hui, le projet est devenu la plus grande opération de rénovation urbaine en Europe»

Comment définir Euroméditerranée ?

Paul Colombani – Euromed, piloté par l’Établissement public d’aménagement Euroméditerranée (EPAEM), est une opération d’intérêt national initiée en 1995, à un moment où l’État commençait à ressentir la nécessité d’une capitale méditerranéenne. Il s’agit d’un vaste projet financé à 50 % par l’État et en partie par la ville de Marseille, la région PACA et la communauté urbaine. La zone de 311 hectares d’origine est passée aujourd’hui à 480 hectares.

Quels sont les enjeux d’Euromed ?

P. C. – Tout d’abord, l’idée était de stimuler le développement économique de Marseille en commençant par créer un quartier d’affaires aux standards internationaux autour des anciens docks afin d’accueillir des entreprises, de stimuler l’urbanisme et de faire entrer Marseille dans le top 20 des métropoles européennes. Aujourd’hui, le projet est devenu la plus grande opération de rénovation urbaine en Europe.

Depuis 1995, la zone a-t-elle déjà beaucoup changé ?

P. C. – Les docks, où sont situés nos bureaux, ont d’abord été réhabilités, et d’autres projets ont progressivement vu le jour. La toute nouvelle tour CMA CGM de Zaha Hadid est désormais fonctionnelle et marque le début de la future skyline marseillaise. Le processus prend du temps, mais les retombées économiques sont conséquentes : on estime que pour 1,5 milliard d’investissements publics, on peut s’attendre à 4 milliards d’investissements privés. C’est une belle preuve de réussite.