Interview : Julien d’Hoker, Directeur associé de l’agence Yellow Window à Paris

Collaborant avec Alstom, la SNCF, la RATP et Thalys, l’agence Yellow Window est en pointe sur les problématiques de transport. Rencontre avec Julien d’Hoker, Directeur associé de Yellow Window à Paris.

Julien d’Hoker Yellow Window
"La tendance vise à amener la ville dans le train pour permettre à tous de continuer son activité de la journée", explique Julien d’Hoker, Directeur associé de l’agence Yellow Window à Paris

Quelles sont les problématiques spécifiques au transport ferroviaire ?

Julien d’Hoker – Il faut connaître les attentes actuelles et futures des voyageurs. Nous étudions notamment les évolutions sociétales comme la dématérialisation. La grande nouveauté est que chaque voyageur embarque désormais avec sa technologie. De moins en moins passif dans le train, le client ne fait pas que voyager. Il va travailler, se divertit, se repose, se restaure. Les environnements sont donc appréhendés sous forme de thématiques avec des réponses variées en matière d’aménagement pour répondre à ces différents moments.

Des exemples ?

Julien d’Hoker – Des sièges traditionnels en carré, duo ou solo, qui pourront être orientés face aux vitres afin que le voyageur profite des paysages traversés. Pour l’univers business, ce sont des petits bureaux, cloisonnés, aménagés pour offrir des espaces plus personnels pour travailler. L’utilisation de tables et chaises hautes pour une ambiance type coworking est aussi imaginée. La tendance vise à amener la ville dans le train pour permettre à tous de continuer son activité de la journée. Des expérimentations sont menées en Allemagne par la DB, en Suisse ou en France.

il existe des réflexions pour faire voyager les passagers dans une position entre l’assis et le debout

Quelles sont les innovations concernant les sièges ?

Julien d’Hoker – Pour le train, le siège évolue dans sa modularité, par exemple en offrant la possibilité d’effectuer une rotation pour voyager dans le sens de la marche. L’ergonomie du siège, son inclinaison, la têtière et les équipements proposés comme les prises électriques et les liseuses doivent apporter un confort maximum. Le siège peut aussi varier dans son architecture avec des banquettes pour partager une assise et le plaisir du voyage. Enfin, dans une logique d’accroître les capacités, il existe des réflexions pour faire voyager les passagers dans une position entre l’assis et le debout.

Quelle est la place des nouvelles technologies ?

Julien d’Hoker – Elle est importante évidemment, mais les nouvelles technologies se font parfois discrètes pour s’adapter aux besoins du passager. Elles créent de nouveaux usages dans le train. Il est notamment possible d’intégrer des écrans dans des vitres dites “intelligentes“ qui se transforment en support d’information et de divertissement. Une expérimentation est faite en ce sens sur le véhicule Orlyval. Nous pouvons aussi partir d’un train le plus neutre possible, mais qui offrira des ambiances différentes entre l’aller et le retour ou alors dans chaque voiture, au travers d’un jeu de lumières et de vidéo-projections sur les parois. Par ailleurs, le travail sur l’acoustique permettra de diminuer les sons dans une voiture afin de créer une ambiance feutrée et propice au travail ou, au contraire, les augmenter dans des espaces d’échange social.