L’AFTM et le travel management européen interpellent Bruxelles

Un collectif regroupant cinq associations européennes du Travel Management – dont l’AFTM en France – interpelle la Commission européenne quant à son projet de réforme des Droits des passagers. Son plaidoyer invite les instances européennes à prendre en considération les spécificités du voyageur d’affaires dans la mise en place de ce nouveau cadre réglementaire.
DR

De Paris à Madrid, de Bruxelles à Amsterdam, le travel management se mobilise pour faire entendre la voix de la profession au sein des instances européennes. Un « plaidoyer européen pour la prise en compte de la spécificité du voyage d’affaires » a été transmis début septembre à la Commission européenne. Y figurent la signature de Michel Dieleman Président de l’Association française des travel managers (AFTM), et celles de ses homologues belge (Belgian Association of Travel Management, BATM), néerlandais (Coprporate Travel Association, CORTAS), espagnol (Asociacion espanola gestores viajes empresa, AEGVE) et du Directeur Executif de ACTE (Association of Corporate Travel Executives).

Les cinq associations interpellent d’une même voix les responsables européens sur le besoin de mieux calibrer des indemnisations reversées au client payeur, et non au voyageur. Elles sollicitent également l’extension du droit d’embarquement aux vols en correspondance, et dénoncent le plafond de 100 euros par nuitée proposé quant à la prise en charge de l’hébergement par le transporteur : « Si une limite dans la durée nous semble légitime, en revanche cette prescription ne prend pas en compte la réalité du marché hôtelier dans les grandes métropoles européennes et revient à transférer indûment sur le voyageur d’affaires, et donc sur l’entreprise, l’aléa financier lié à la politique commerciale des établissements hôteliers » souligne le plaidoyer, qui se range derrière la limite de trois jours proposée par le projet. « Nous, associations européennes, (…) nous mobilisons pour que soit intégré dans ce nouveau règlement, par voie d’amendement si nécessaire, un acteur important des sources de rentabilité des compagnies aériennes et de l’ensemble de la filière transports et tourisme : le voyageur d’affaires » conlut le plaidoyer.