Londres : lifestyle so british

De la hype, du trendy, du rock’n’roll. Qu’importe les incertitudes liées au Brexit, l’hôtellerie londonienne continue de swinguer.

DR Mama Shelter
En ligne avec son concept, Mama Shelter s'est installé dans un quartier montant de la capitale britannique, Shoreditch

Standard, Hoxton, Mama Shelter : ces enseignes, parmi les plus représentatives de l’esprit lifestyle qui anime actuellement l’hôtellerie, se sont donné rendez-vous à Londres au courant de l’été. Pour The Standard, la marque luxueuse et jet set d’André Balazs, il s’agit même de sa première apparition hors États-Unis. Dans la lignée de son concept design et contemporain, l’hôtel revisite un immeuble brutaliste qui abritait autrefois les bureaux du conseil d’arrondissement du quartier de Camden. Au programme : 266 chambres, un bar et un restaurant branchés, et bientôt un second restaurant en rooftop.

Une nouvelle adresse en vogue donc, et qui est idéalement située pour les voyageurs d’affaires, puisque juste en face de la gare de Saint Pancras. Pour The Hoxton, Londres est en revanche tout, sauf une nouveauté, puisque c’est là que l’enseigne lifestyle a fait ses débuts. Après Shoreditch en 2006, puis Holborn en 2012, The Hoxton poursuit son exploration des quartiers montants de la capitale britannique en s’installant début septembre à Southwark, où les anciennes usines se transforment en galeries, bars et restaurants. Situé près du pont Blackfriars, l’hôtel s’étend sur 14 étages et propose 192 chambres, plusieurs options de restauration, dont une en rooftop, mais aussi un espace de coworking doté de 744 bureaux et cinq salles de réunion.

The Hoxton a ajouté un troisième hôtel à son offre londonienne

De son côté, Mama Shelter n’a pas exporté outre-Manche son concept coworking Mama Works. En revanche, la marque apporte son sens reconnu du design avec un hôtel conçu par les architectes d’intérieur Dion et Arles. C’est évidemment dans un quartier branché, celui de Shoreditch, que Mama Shelter s’est installé en août avec un hôtel de 195 chambres confortables et ultra connectées. Naturellement, ses espaces communs font tout le sel de l’établissement avec un vaste restaurant organisé autour d’une longue table, des lieux où se réunir et même, pour continuer les soirées, des salles de karaoké.

À côté de ces noms bien établis – d’autres étant aussi attendus comme Radisson Red et un nouveau Citizen M –, la capitale britannique a vu apparaître un nouvel acteur au concept chaleureux et dans l’air du temps, avec son design scandinave et un positionnement “wellness” affirmé. Doté de 89 chambres, l’Inhabit Hotel, fruit de la réhabilitation de six maisons géorgiennes du quartier de Paddington, propose en effet des capsules dédiées à la méditation, des programmes de yoga pour aider à bien dormir et aussi des cartes de running à travers la ville. Dernière tendance : des prix tout doux.

Hard Rock Hotels : retour à la case départ

Un retour aux sources. En 1971, Isaac Tigrett et Peter Morton ouvraient leur premier Hard Rock Café sur Park Lane, dans le quartier de Mayfair, à Londres. Mêlant les standards de la cuisine US aux reliques du Hall of Fame du rock, le concept a depuis fait florès dans le monde, s’étendant des restaurants aux casinos et aux hôtels. Jusqu’à revenir à Londres en juillet avec un établissement de 900 chambres installé dans un lieu clé de la vie londonienne : Oxford Street. “Chaque Hard Rock Hotel est unique, mais celui-là représente quelque chose de vraiment spécial en combinant trois concepts – les cafés, les hôtels et les Rock Shops – autour d’un même lobby”, a présenté Dale Hipsh, vice-président de Hard Rock Hotels.

Hard Rock Hotel London