Londres Rothko

Première exposition d’envergure, depuis vingt ans, consacrée à l’œuvre de Mark Rothko (1903-1970), l’un des artistes les plus emblématiques de l’après-guerre aux États-Unis. Dans les années 1950-1960 Mark Rothko est à l’origine d’une nouvelle façon de peindre avec le Colorfield Painting, des “champs colorés” en aplats à bords indécis, en surfaces mouvantes, parfois monochromes ou composées de bandes colorées. L’œuvre fait abstraction de la forme pour mener à la méditation. Et atteint ainsi une dimension spirituelle particulièrement sensible.

L’exposition se concentre sur la dernière partie de la vie du peintre, entre 1958 et 1970, et réunit une cinquantaine de peintures et travaux sur papier ainsi que des tableaux issus de collections japonaises. Moment fort : la fameuse Rothko Room, un ensemble de seize peintures murales, destinées à l’origine au restaurant Four Seasons du Seagram Building de New York. Mais devant la médiocre qualité artistique du lieu, Rothko ne livra jamais ces œuvres, remboursa ses émoluments et fit don, plus tard, d’une partie à la Tate. C’est la première fois qu’elles sont présentées au public dans leur ensemble. Jusqu’au 1er février