Moscow City prend enfin de l’altitude

Dans la veine de Canary Wharf à Londres ou de La Défense à Paris, le quartier d’affaires moscovite, en proche périphérie, prend enfin son essor.

L'Evolution Tower
Avec sa forme torsadée évoquant la structure de l’ADN, l’Evolution Tower est un des symboles architecturaux de Moscow City. À terme, le quartier d’affaires devrait accueillir près de 300 000 personnes, résidents, employés et visiteurs confondus.

Reportage Cécile Balavoine. Photos Ludovic Maisant.

Les premiers coups de pioche remontent à loin : 1995. Les premiers pourparlers à bien plus loin encore : 1992. À l’époque, l’idée était de réhabiliter une zone en friche d’une centaine d’hectares, située à quatre kilomètres à l’ouest de la Place Rouge, pour en faire un nouveau quartier d’affaires où tout serait concentré. Un espoir était né, celui de ne plus avoir à traverser la capitale pour un rendez-vous business, évitant ainsi de pénibles embouteillages.

Le quartier de Moscow City a donc pris son temps, mais on le voit désormais émerger. Le pari qui consistait à en faire un lieu de travail, mais aussi de résidence et de divertissement, a été relevé. Aujourd’hui, alors que quelques constructions sont encore en cours d’achèvement, le quartier a trouvé son vrai visage, dominé par l’imposante stature de la Federation Tower, le plus haut gratte-ciel d’Europe.

En 2016, 900 000 m2 d’espaces de bureaux ont été livrés, soit 14 immeubles sur les 20 planifiés. En 2017, ce sont la Federation Tower East et l’IQ-Quarter qui ont été inaugurées. Ensuite, le tour viendra de la phase deux du complexe Empire Business en 2018 et celui, très attendu, des jumelles Neva Towers en 2019. Au total, 500 000 m2 de bureaux sont encore en cours d’élaboration. Avec de belles prouesses architecturales comme l’Evolution Tower, une tour vrillée de 255 mètres de haut, unique en son genre et dessinée par l’artiste écossaise Karen Forbes.

Shopping Mall à l’Américaine, le Metropolis héberge plus de 350 boutiques et lieux de vie. Son slogan : “fashion first”.

Desserte améliorée

Mais ce qui fait la réussite de Moscow City, outre son goût pour l’innovation et l’ampleur des espaces, c’est la facilité nouvelle avec laquelle on rejoint le centre de Moscou depuis le quartier d’affaires. Ces dernières années, trois stations de métro ont ouvert – Moskva Siti/Vystavochnaya, Mezhdunarodnaya et Dorocomilovskaya – auxquelles s’est ajoutée en septembre 2016 la ligne circulaire de l’Anneau Central Moscovite, équivalente au RER francilien. “La mise en fonctionnement des transports en commun, notamment l’ouverture des trois stations de métro et de la connexion avec la nouvelle ligne, a fait beaucoup pour le développement du quartier”, constate Sarper Altunyuva, gestionnaire immobilier des Enka Towers, les trois plus anciennes tours du quartier qui accueillent à elles seules 12 000 employés.

Ce réseau urbain efficace a eu un autre impact : booster la vocation mixte de Moscow City. En effet, sur les 100 000 personnes présentes quotidiennement sur le site, 60 000 sont des employés, mais aussi des résidents, les 40 000 restants étant des visiteurs occasionnels, attirés notamment par le vaste centre commercial Afi Mall. Inauguré en 2011, c’est aujourd’hui l’un des plus grands d’Europe, avec une surface de 320 000 m2 accueillant 400 boutiques, un supermarché, des salles de cinéma, 50 restaurants et cafés… Depuis l’ouverture de la ligne de transports circulaire, l’Afi Mall s’est vu connecté à un autre centre commercial de premier ordre, Metropolis, dont l’extension ultra moderne a ouvert à l’automne 2016. En tout, ce sont pas moins de cinq millions de visiteurs supplémentaires qui sont attendus dans les deux centres commerciaux grâce à cette nouvelle ligne circulaire.

Tours flambant neuves

Pour l’heure, Moscow City offre toujours plus de logements haut de gamme qui n’ont aucun mal à trouver preneurs. Situés pour la plupart aux étages supérieurs de tours flambant neuves, ils sont la preuve que le quartier vit bel et bien, même si les écoles et les crèches se font très rares. Les jeunes familles ne seraient-elles pas dans la ligne de mire des promoteurs ?

Quoi qu’il en soit, les parcs, les restaurants, les centres sportifs se mettent à fleurir. Une immense salle de concert pourrait aussi voir le jour, intégrant espaces dédiés à la musique et à l’art, restaurants, cafés et bars. On chuchote aussi qu’une horloge surdimensionnée, de 64 mètres de diamètre, placée sur sa façade, la fera entrer illico presto dans le guide Guinness des records !

Beaucoup de groupes d’investissement turcs ont misé sur Moscow City, notamment Enka avec le complexe Naberezhnaya composé de trois tours, explique Arnaud Benoît, directeur d’Inov’office, une société de conseil dans le domaine de l’immobilier à Moscou. Elles accueillent surtout des entreprises anglo-saxonnes comme IBM, General Electric, Renaissance Capital, Citigroup, General Motors, Oracle ou encore Pfizer.” Ces acteurs majeurs de l’économie mondiale attirent les expatriés aisés, en quête d’un moscovitude d’excellence. Le rêve d’un penthouse à 300 mètres d’altitude, dominant le Kremlin, est sans doute plus vendeur que le pur pragmatisme.