Motivation : île-de-France, renouveau en capitale

Culturels ou sportifs, en plein air ou dans les salles sombres d’un musée, les incentives à Paris et en Île-de-France renouvellent leur attractivité autour de mille et un lieux. Tous uniques.

Paris s’enorgueillit d’être l’une des villes les plus visitées au monde, si ce n’est la première entre toutes avec plus de 29 millions de touristes par an, dont 18 millions d’origine étrangère. La singularité de la capitale française se caractérise avant tout parmi ses visiteurs par une grande diversité de goût et de propos, avec une part importante appartenant au monde du tourisme d’affaires. En effet, 42,9 % des nuitées sont le fait de la clientèle MICE. Au dernier classement ICCA, recensant l’accueil des congrès à dimension internationale, Paris se place également au deuxième rang mondial, après Vienne et devant Barcelone.

Cet état de grâce rejaillit sur le marché incentive de l’Île-de-France dans son ensemble, comme le confirme Christine Gouvion de Saint Cyr, secrétaire générale de l’Office de tourisme et des congrès de Paris : “l’image de la capitale française est un atout indéniable pour toute la région parisienne. D’autant que, depuis quelques années, un vent de renouveau souffle sur Paris et l’Ile-de-France. Des lieux ouvrent ici et là, des prestations inattendues sont proposées… Tout ce dynamisme relance le marché du tourisme d’affaires, et en particulier celui des incentives”.

 

Visites VIP d’expositions 

L’esprit et le corps : dépassant son image culturelle, Paris est un haut lieu du sport. Le stade de France et Roland-Garros accueillent des événements corporate.  Cette vitalité, l’agence de communication Senzeô Art l’a mise en lumière en conviant en janvier dernier 80 dirigeants, DRH et responsables communication et marketing au décrochage des œuvres des artistes mexicains Frida Khalo et Diego Rivera au musée de l’Orangerie. Et cela, alors même que l’exposition était officiellement terminée ! Dans l’espace verrière qui ouvre sur le jardin des Tuileries, un petit-déjeuner était organisé avant que le groupe ne profite d’une visite privée commentée par les commissaires de l’exposition. “Nous travaillons deux à trois ans en amont avec les musées afin de connaître leur programmation et, ainsi, de pouvoir proposer aux entreprises la manifestation collant au plus près à leur opération”, souligne Tania Zana-Turini, directrice et fondatrice de l’agence.

Depuis environ quatre ans, Senzeô Art organise également pour la Caisse d’Epargne Île-de-France des rencontres économiques et culturelles thématiques en association avec divers musées. Par exemple, des visites privées ont eu lieu au musée Guimet sur le thème des marchés asiatiques émergents ainsi qu’au Grand Palais, lors de l’exposition Hopper, avec pour sujet l’économie américaine. En quête d’exception, les agences n’hésitent pas non plus à investir, le temps d’une soirée ou d’une opération de relations publiques, des sites en chantier. Le Grand Palais a ainsi servi de décor à de nombreux événements pendant sa phase de travaux.

Courses en radeaux ou cours de cuisine : les classiques des team building fonctionnent toujours. Mais les technologies s’immiscent aujourd’hui dans les incentives avec des chasses au trésor avec tablette virtuelle.

Depuis sa réouverture, il continue à faire vivre des moments uniques aux entreprises en louant au compte-gouttes, lors de la préparation d’une exposition, certains de ses espaces fermés au public. Par exemple, un déjeuner de relations publiques organisé pour Relais & Châteaux, préparé par deux chefs étoilés, s’est tenu sous sa coupole pendant que des stands étaient en cours d’installation ! Autre exemple, celui du marché couvert du Carreau du Temple dans le IIIe arrondissement. Fermé pendant plusieurs années pour être transformé en ensemble polyvalent, il a dévoilé en avant-première à certains privilégiés sa nouvelle structure, dont son impressionnante verrière.

 

Monuments historiques

Musée des arts forainsL’offre parisienne s’étoffe véritablement et ouvre de nouvelles perspectives aux entreprises. Le centre des Monuments nationaux recense une centaine de lieux qui ouvrent leurs portes aux opérations événementielles ou organisent des visites personnalisées en dehors des horaires d’ouverture au public. À Paris, des lieux emblématiques tels que l’Arc de triomphe, la tour Eiffel, le Panthéon, la Conciergerie, la Sainte Chapelle, le Grand Palais, l’Académie diplomatique internationale ou encore le Cercle national des Armées se privatisent entièrement ou partiellement pour tous types d’événements. Les opéras Garnier et Bastille proposent aussi à la clientèle corporate diverses formules, allant d’une invitation pour deux personnes avec accueil au champagne suivi d’un spectacle jusqu’à la privatisation totale de l’opéra, comprenant ou non une représentation.

La scène culturelle parisienne offre de nombreuses possibilités de représentations VIP. Mugler Follies, spectacle cabaret signé par le célèbre designer, fait partie des  dernières créations décoiffantes.Sur l’eau, les Yachts de Paris termi-nent l’aménagement du port de Javel pour offrir plus de 200 m² d’espaces aussi bien à quai que sur le fleuve.
À terme, l’ensemble, rebaptisé Yachts de Paris Ouest, pourra accueillir 1 750 personnes. Déjà la barge Liberty, un house-boat de 60 mètres de long, reçoit jusqu’à 200 convives dans une ambiance très contemporaine. Sur l’autre rive de la Seine, aux pieds de la Tour Eiffel, les Bateaux parisiens proposent eux aussi plusieurs formules de croisières à bord de leurs 12 bateaux panoramiques, dont le Diamant II et le Cristal II, d’une capacité respective de 340 et 260 passagers. Quant à son fleuron, le Bretagne, il a été entièrement rénové et modernisé en 2013. Ce bateau de légende, qui a accueilli la reine Élisabeth II lors de son premier voyage officiel en France, a un charme fou, alliant boiseries et grandes baies vitrées. Sa ligne élégante lui donne un cachet intemporel et en fait un lieu idéal pour des dîners ou déjeuners VIP.

Musée DapperSi les grands musées comme le Louvre, Orsay, Rodin, Branly ou Jacquemart-André se mettent au diapason en louant leurs espaces pour des événements, des lieux plus intimistes suivent aussi la tendance. C’est le cas notamment du musée Dapper. Situé à deux pas de l’Arc de Triomple, cette fondation privée, dédiée aux arts de l’Afrique subsaharienne, séduit par son aspect confidentiel et sa taille à dimension humaine. Chaque année, elle propose une exposition différente, dont le thème porte en 2014 sur les rites d’initiation. “Nos espaces – auditorium, café, accueil, salle d’expositions – offrent de nombreuses possibilités  pour des conférences, cocktails, dégustations œnologiques, visites privées”, précise Rémy Pecot, responsable événements. Une soixantaine de manifestations allant jusqu’à 250 convives s’y déroulent chaque année.

Tout aussi intimiste, l’Espace Dali présente l’unique exposition permanente en France consacrée au maître du surréalisme ! “Nous avons plusieurs packages pour les entreprises, dont certains sont couplés avec la galerie Montmartre, située à deux pas de là, place du Tertre”, affirme Joël Bonnemain, responsable événementiel. Parmi les thèmes,  des soirées “Surréalistes” avec une atmosphère fantasmagorique, très chic, très tendance et interpelant tous les sens. En complément, les groupes peuvent participer à un rallye culturel à la découverte de Montmartre.

Les anciens Magasins généraux de Paris ont été méta-morphosés, devenant un des plus vastes lieux de réceptions de la capitale. Les Docks de Paris proposent sur 8 500 m² Aux antipodes de ce caractère intimiste, les Docks de Paris, gérés par Eurosites, accueillent de grandes manifestations pouvant rassembler jusqu’à des milliers de personnes. C’est le lieu rêvé pour des concerts privés et des soirées dansantes avec cocktails dînatoires. Les entreprises des secteurs automobile, assurance, bancaire sont les principales clientes de ces anciens entrepôts. “Le site reçoit 80% d’événements et 20 % de séminaires”, confirme Alain Molé, directeur commercial du groupe. Le palais Brongniart, l’ancienne bourse reconvertie en centre de conférences et d’événements, est lui aussi taillé pour les privatisations et salons de grande ampleur, mais aussi pour des dîners ou cocktails de plus de 500 personnes.

 

Comédie musicale à Disneyland

Les deux grands parcs d’attractions parisiens, Disneyland Paris et le parc Astérix, s’ouvrent également aux grands groupes. Chaque année, Disneyland Paris reçoit plus de 1 000 événements allant de 50 à 25 000 personnes. Le site met à la disposition des entreprises l’ensemble de ses infrastructures, y compris son lac sur lequel peuvent se tenir des régates. Tandis que son service “solutions de motivation” propose divers types de récompenses individuelles, son département MICE Business Solutions lance régulièrement de nouvelles activités afin de dynamiser l’offre. La petite dernière, “All Together, le Musical”, réveille la fibre artistique de chacun en donnant l’occasion de monter sur les planches lors d’une comédie musicale. D’autre part, pour renforcer la cohésion d’équipe, plusieurs team-building sont proposés comme “Refresh yourself”, dont l’objectif est de sensibiliser les collaborateurs au bien-être via des ateliers de dégustation.

Avec 150 000 visiteurs en 2012, le parc Astérix surfe à la fois sur sa notoriété et sur celle de Paris pour attirer la clientèle affaires. Afin de se positionner réellement sur ce marché, le parc a lancé en 2011 un département “conventions et séminaires” avec un service événementiel. De la mi-décembre à la mi-mars, les entreprises peuvent partiellement ou totalement privatiser le parc et être hébergées à l’hôtel des Trois Hiboux. Mieux, depuis 2013, le parc s’ouvre en exclusivité pour les sociétés à la période de la Toussaint et pendant cinq week-ends. En dehors de la mise à disposition des attractions, le parc a conçu divers packages : régates en bateaux dragons sur le lac, rencontre avec les soigneurs des dauphins, trekking dans le parc, chasse au trésor numérique sur tablette tactile, feux d’artifice…

La flexibilité du site lui a permis de multiplier par trois son chiffre d’affaires MICE. Cette croissance devrait être soutenue à l’avenir par différentes actions, notamment l’étude d’un hébergement sur place dans les arbres et le développement de partenariats, en particulier avec le domaine de Chantilly. À 40 minutes de Paris, le domaine de Chantilly bénéficie d’une aura internationale avec 210 privatisations annuelles et plus de 2 000 groupes reçus par an.

Salons et appartements princiers

Au sein du domaine de Chantilly, les Grandes Écuries, tout juste rénovées, offrent leurs cadres prestigieux pour des soirées hors du temps, assorties d’un spectacle équestre. Composé d’un château du XVIIIe abritant le musée de Condé, il recèle également, avec ses galeries, salons et appartements princiers, une impressionnante bibliothèque conservant une collection unique de livres et écrits ayant appartenu aux seigneurs de Chantilly. Tandis que ses Grandes Écuries, entièrement rénovées, accueillent un musée du cheval. Au milieu de parcs et jardins, le domaine offre de multiples possibilités aux entreprises : soirées, séminaires, grands événements, tournages de film, team-buildings… Dernièrement, une grande société de vins et spiritueux a organisé un séminaire de trois jours et deux nuits pour ses cadres dirigeants.

Au programme : nuitées à l’Auberge du Jeu de Paume, matinées studieuses, après-midi détente avec régate par équipe en bateaux-dragons, suivies de la fabrication de la célèbre crème Chantilly et d’une visite du musée de Condé avec le conservateur. Le dernier soir, un dîner de gala s’est tenu dans les galeries du château.

Redonnant vie au mythe des dirigeables Zeppelin, Airship Paris propose un survol de l’Île-de-France très exclusif – douze places seulement dans l’appareil – et tout en douceur.Toute la région parisienne regorge, à l’instar de Chantilly, de sites historiques propices aux opérations de motivation – Versailles, Vincennes, Rambouillet, le domaine national de St Cloud – , mais aussi d’établissements hôteliers de caractère. Ainsi, à 45 minutes de Paris et 10 minutes de l’aéroport Charles-de-Gaulle, le Manoir de Cressy reçoit les groupes en pleine campagne. L’ensemble est un ancien corps de ferme du XVIIe entièrement rénové, posé au bord du canal de l’Ourcq, face au parc de Clairefontaine. “Nous traitons toutes les demandes en interne et testons nous-mêmes toutes les activités proposées”, explique Coralie Hamon, responsable commerciale. Les incentives s’échelonnent de 10 à 170 participants. Au choix : séminaire musical sous la baguette du chef d’orchestre Guy Perier qui métamorphose les participants en choristes, initiation au haka, aviron, représentation théâtrale dirigée par une troupe professionnelle, casino du vin, dîner gastronomique…

Au Moulin de la Forge, dans l’Oise, la clientèle affaires représente l’intégralité des séjours. “Nous sommes implantés sur ce marché depuis 20 ans”, affirme Sabine Ducaruge, directrice générale. Bien avant la mode des cours de cuisine, l’établissement proposait des “team cooking” avec des chefs de renom. Ces ateliers remportent un franc succès, car ils permettent à chacun de trouver sa place dans un groupe tout en partageant un moment convivial. “Ils sont très fédérateurs, en particulier lorsque les groupes sont composés de participants venant de différents pays… La cuisine fait tomber très vite la barrière de la langue”, constate Sabine Ducaruge.

À quelques minutes de là, le domaine de Rebetz, autre établissement du groupe, est parfaitement adapté aux séminaires de direction. Toutes les propositions sont conçues sur mesure et des activités ont été spécialement mises en place pour les entreprises. Parmi celles-ci, des journées “éco-citoyennes” avec, par exemple, “l’éco-cano”, une descente en canoë d’une rivière avec ramassage des déchets trouvés ou encore “sauvons les arbres” où les participants sont invités à prendre soin des arbres des domaines.

L’originalité, les entreprises la trouvent également en altitude, à bord d’un authentique Zeppelin de dernière génération ! En 2013, Airship Paris a lancé le premier vol commercial en dirigeable autour de Paris depuis l’aéroport de Pontoise, situé à une demi-heure de route de la capitale. Une petite cabine de 12 personnes soulevée par un gigantesque ballon s’envole doucement et flotte dans les airs pendant une heure et demie. Trois parcours sont proposés : le premier avec Versailles, le survol de Conflans-Sainte Honorine et du château de Monte-Cristo à Port-Marly ; deuxième possibilité, Chantilly et la vallée des impressionnistes et, troisièmement, la Roche-Guyon et le parc du Vexin (les châteaux de Villette, Vigny, Themericourt et Guiry…) avec au final le survol de Giverny.

Pour sa première année d’exploitation, Airship a reçu une douzaine d’entreprises. “Certaines ont même privatisé l’aéroport pour un lancement de produit ou un séminaire”, révèle Eric Lopez, président d’Airship Paris. La jeune société a passé des accords avec des prestataires comme le domaine de Chantilly et une société de bateaux sur l’Oise. Tributaire de la météo – une bonne visibilité est nécessaire, sans trop de vent pour ne pas être secoué –, Airship a prévu en cas d’incapacité d’embarquement des solutions de remplacement, dont des séances dans de véritables simulateurs de vol professionnels à l’aéroport Charles-de-Gaulle.

 

Chasses au trésor virtuelles

Innovante elle aussi, Urban Gaming propose des solutions virtuelles aux entreprises comme des chasses au trésor avec tablettes tactiles. Avec la ville pour terrain de jeux, les participants répartis en équipe relèvent des défis : retrouver le point de prise de vue d’une photo du Paris du XIXe siècle, rejouer des scènes de film, imiter une statue du parc du Luxembourg… “Les tablettes tactiles accrochent tous les publics. Nous avons organisé des challenges de ce type dans divers sites comme la Maison de l’Amérique latine ou encore la Compagnie des bateaux à roues. À chaque fois, ils remportent un franc succès”, constate Patrick Toutlouyan, responsable marketing d’Elior Evénements.

L’engouement pour les nouvelles technologies ouvre la voie à de multiples exploitations. Ainsi, féru d’art et d’histoire, Patrick Stage, responsable de Citystories, a mis au point des rallyes touristiques culturels sur tablettes numériques. Ces dernières contiennent le plan des étapes, le tracé du parcours et une mini-encyclopédie afin d’aider les participants à répondre aux questions de culture générale. Plusieurs thématiques de circuits sont disponibles : “Paris s’expose universellement”, “De la Révolution sanglante à la République rayonnante”, “Les fous du shopping”, “Le luxe dans tous ses états”, “le Paris du XIXe siècle”, “Fontainebleau et la Renaissance”… “Notre force est le côté culturel allié au ludique, explique Patrick Stage. Nous sommes complémentaires avec un conférencier, en ajoutant un petit plus : les participants sont actifs !” On le voit, contrairement aux idées reçues, Paris bouge. En tout cas dans le domaine de l’événementiel.