NDC, MICE : la MasterClass GBTA fait le point

La GBTA France a organisé son événement MasterClass le 6 juillet dernier. L'occasion de jeter un nouvel éclairage sur les problématiques les plus cruciales du business travel, comme le développement de la norme NDC ou le rapprochement entre achats MICE et Travel.

GBTA France
Olivier Hours, en charge de l’engagement et de l’adoption de la norme NDC chez IATA, durant la MasterClass GBTA France

Êtes-vous NDC ready ?” : telle est la question posée par la GBTA France en ouverture de son événement MasterClass organisé le 6 juillet dernier. Difficile en effet d’éluder cette problématique, puisque derrière ces trois lettres se joue peut-être la plus grande révolution du secteur depuis l’avènement des compagnies low-cost. Le nouveau standard NDC – pour « New Distribution Capability » – doit améliorer la commercialisation de l’offre aérienne. « C’est un langage commun qui permet aux compagnies de mieux commercialiser leurs produits au sol ou en vol, avec une offre personnalisée », résume Olivier Hours, en charge de l’engagement et de l’adoption de la norme NDC chez IATA, qui évoque « un projet collaboratif ».

Pour répondre à la question posée par la GBTA, les fournisseurs semblent prêts. « On a dépassé la phase des questions et des doutes », assure Olivier Hours, qui estime que « la grande majorité des compagnies aura adopté NDC d’ici deux ou trois ans ». En ce milieu d’année 2017, 36 transporteurs sont concernés, dont des poids lourds comme British Airways ou American Airlines. Sans oublier Lufthansa, pionnier sur le dossier de la distribution directe. La tendance est plus balbutiante chez les agences de voyages d’affaires. HRG a franchi le pas, BCD Travel, CWT et American Airlines étudient encore la question.

Pour l’entreprise et ses voyageurs, le nouveau standard doit garantir une offre sur-mesure. En simplifiant la distribution des services annexes, NDC s’apprête à faire progresser la logique de personnalisation dans l’univers du voyage. Reste à savoir jusqu’où ira cette logique et à quel point l’entreprise conservera le contrôle. Les promoteurs de la norme NDC l’assurent : les frais ancillaires devraient gagner en transparence, permettant à l’entreprise de négocier plus efficacement avec la compagnie aérienne sur la base d’informations plus pointues.

Autre grande tendance décryptée par cette MasterClass estivale : le rapprochement entre achats Travel et MICE. Une thématique éclairée par un sondage mené en amont de l’événement par la GBTA France, qui nous apprend notamment que pour 66% des sondés, les deux types d’achats sont aujourd’hui pilotés par le même interlocuteur. Dans la plupart des cas, ce dernier s’est avant tout attaqué au dossier des prestataires. Ainsi, dans 62% des cas, les entreprises interrogées ont mis en place un panel de prestataires privilégiés. Une démarche d’autant plus logique que dans 40% des cas les fournisseurs des dossiers MICE et Travel sont les mêmes…