A Nice, Air Canada mise sur les voyageurs d’affaires

Air Canada va donner davantage de consistance à son offre au départ de Nice, avec un programme revu à la hausse quantitativement et qualitativement.

Air Canada
L'A330-300 d'Air Canada va remplacer le B767-300 de sa filiale Air Canada Rouge sur l'axe Nice - Montréal

Contester la centralisation du modèle aérien français, et la toute-puissance de Paris-CDG : c’est l’ambition des grands aéroports régionaux, et notamment de la plateforme de Nice. Dans cette optique, les Aéroports de la Côte d’Azur ont trouvé un allié de taille sur l’axe transatlantique : après avoir dévoilé ses ambitions sur l’aéroport de ToulouseAir Canada s’apprête à monter en puissance dans le Sud-Est de la France, et notamment sur le segment du voyage d’affaires. Au printemps prochain, la compagnie assurera elle-même la liaison Nice-Montréal, qui était confiée jusqu’ici à Air Canada Rouge. Le B767-300 de la filiale low-cost sera ainsi remplacé par un A330-300. Résultat : les voyageurs d’affaires auront le choix entre trois classes de voyages – contre deux auparavant – avec une cabine affaires « Signature » de 27 sièges, une classe intermédiaire « Privilège » de 21 sièges et une cabine Économique de 244 sièges. En outre, le programme d’Air Canada prévoit un vol hebdomadaire supplémentaire, pour atteindre jusqu’à cinq liaisons par semaine. Les départs de Nice sont fixés à 13h30, pour atterrir à 16h à Montréal. Les vols retours quitteront Montréal à 18h45 pour rallier Nice à 8h10. Néanmoins, la ligne restera saisonnière, et sera assurée du 8 mai au 24 octobre. « La montée en gamme d’Air Canada, avec la Classe Signature Air Canada, sur notre plateforme est une marque de confiance dont nous la remercions et qui vient accroître de 58% l’offre de sièges entre Nice et Montréal, se félicite Dominique Thillaud, président du directoire des Aéroports de la Côte d’Azur. Elle rejoint notre ambition de connecter toujours plus densément notre région au monde, et plus largement de créer des passerelles entre tous les territoires en proposant aux voyageurs une alternative de qualité aux grands hubs nord-européens », poursuit-il.