Le Portugal tire un trait sur le nouvel aéroport de Lisbonne

L'aéroport international de Lisbonne est de notoriété publique trop petit avec aucune possibilité d'expansion. Après des années de discussions pour un nouvel aéroport, le projet vient d'être abandonné. 

En début de semaine, l’autorité de l’aviation civile portugaise (ANAC) a indiqué refuser une évaluation préalable de faisabilité d’un plan de développement d’un second aéroport pour la région de Lisbonne. L’autorité de l’aviation civile a justifié sa décision par l’absence de consensus des municipalités concernées par la construction de la future plate-forme. Rejetée par nombre d’entre elles, l’infrastructure a peu d’espoir d’une réactivation à court terme.

Le projet avait déjà plus de 12 ans et s’appuyait sur la conversion de la base aérienne de Montijo de l’autre côté du fleuve Tage. Lequel serait devenu un aéroport civil capable de répondre aux besoins aériens de Lisbonne.

L’actuel aéroport a en effet une capacité théorique d’à peu près 25 millions de passagers. Mais avec une croissance exponentielle depuis la reprise des aéroports portugais par Vinci en 2013, le trafic a pratiquement doublé depuis cette date. Si Lisbonne escomptait 16 millions de passagers en 2013, la plateforme de la capitale portugaise en recensait 31,7 millions en 2019. L’an passé, le covid a pourtant donné un coup d’arrêt brutal au trafic avec une chute de plus de 70%. Lisbonne n’aura effectivement accueilli que 9,26 millions de voyageurs en 2020. Son trafic devrait tourner autour de 10 à 11 millions de passagers en 2021.

Partie remise pour Montijo?

Si l’urgence de construire un aéroport s’éloigne depuis la crise du covid, la décision aura des conséquences sur le long terme. L’autorité aéroportuaire ANA, filiale de Vinci, avait signé en 2019 avec l’Etat portugais un plan pour le développement des capacités. Il s’élevait à 1,15 milliard de € d’investissements. L’enveloppe se répartissait alors entre 650 millions de € pour la première phase d’expansion de l’actuel aéroport de Lisbonne. Et encore 500 millions de € pour la nouvelle plate-forme de Montijo.

Vinci prévoyait d’en faire dans une première phase un aéroport essentiellement pour le trafic de point-à-point. Soit majoritairement le trafic low cost supposé s’installer à Montijo en 2022. Sur le long terme, Montijo aurait été en mesure d’accueillir jusqu’à 50 millions de passagers.

Un projet désormais gelé. Il est pourtant probable que les autorités l’extirperont de son placard dès que la reprise du trafic s’amplifiera. Probablement après 2025…