Paris : l’hôtel Renaissance République se dévoile

Les
L'hôtel Renaissance Paris République a ouvert ses portes rue Boulanger

Les guerriers Bantous ont donc finalement rendu les armes, à mesure que le squat artistique se transformait en hôtel haut de gamme. En lieu et place de ces 77 silhouettes dessinées par l’artiste Kouka aux fenêtres du nouvel hôtel Renaissance, on aperçoit désormais depuis la mi-avril des voyageurs d’affaires du monde entier, profitant à travers ces fameux « hublots sarcophages » d’une vue imprenable sur la capitale. Un petit privilège, tant les établissements cinq étoiles se font rares dans le Nord-Est parisien. D’autant que le nouveau fleuron du groupe Marriott a relevé le pari de préserver une zone de quiétude à quelques pas d’une place de la République régulièrement agitée…

La façade de l'hôtel Renaissance fut un temps "peuplée" par les guerriers de l'artiste Kouka
La façade de l’hôtel Renaissance fut un temps « peuplée » par les guerriers de l’artiste Kouka

Depuis le lobby de l’hôtel, on est rapidement aspiré vers la terrasse ombragée, dominée par un mur végétal et lovée à côté du restaurant Origin. La chef bordelaise Bénédicte Van Der Motte y officie dans une cuisine ouverte, avec un challenge original : sublimer l’oeuf au pluriel, à travers une carte valorisant les produits du terroir.

la terrasse de l'hôtel est dominée par un mur végétal de 254 m²
la terrasse de l’hôtel est dominée par un mur végétal de 254 m²

Puis vient le temps de rejoindre l’une des 121 chambres qui grimpent jusqu’au neuvième étage de ce bâtiment atypique, non sans avoir dégusté au passage un café haut de gamme ou un cocktail inédit au bar Le Martin, selon l’heure de la journée. Didier Gomez, chef d’orchestre de ce relooking, y joue une partition éclectique sans tomber dans le cacophonique. Sur le lit, des motifs africains. Au mur, des panneaux japonnais. Côté salle de bain, une verrière façon loft. Résultat : des chambres aux airs d’atelier pour artiste-voyageur, une tour de Babel design qui doit ancrer pleinement le Renaissance République dans ce 10ème arrondissement cosmopolite. “Paris Style”, “Bobo”, “Urban”, “Artist’s studio”, “Skyline” : les noms des catégories de chambres incarnent les différentes facettes, les différents styles de l’établissement et de son environnement. Sans oublier la suite Penthouse (60 m²), avec jacuzzi et terrasse XXL…

Vue dégagée depuis la terrasse de la suite Penthouse
Vue dégagée depuis la terrasse de la suite Penthouse

Mais ce qui distingue peut-être la nouvelle adresse parisienne, c’est peut-être le sens du détail dont auront fait preuve Didier Gomez et les responsables du projet, du “simple” tapis, spécialement dessiné pour le Renaissance, au mobilier chiné sur les puces de Clignancourt, en passant par ces luminaires Tom Dixon. Le sur-mesure est partout, jusque dans le mini-bar où sont stockées des bières artisanales parisiennes, spécialement brassées pour l’hôtel… Partout, y compris sur le personnel du Renaissance, vêtu de jeans français “Atelier Tuffery”. Petites attentions et grand luxe font souvent bon ménage : il y a donc fort à parier que le « petit nouveau » se fasse rapidement un nom sur la scène hôtelière parisienne.